• Appel à candidatures pour cinq contrats doctoraux 2021-2024
    Le ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI) flèche chaque année cinq contrats doctoraux en partenariat entre une École Doctorale et l’une des cinq Écoles françaises à l’étranger.
  • Appel à projet 2021
    L’EUR ODYSSEE ouvre un appel à projet dont la vocation est de soutenir la formation doctorale en aidant au financement d’opérations de recherche permettant de renforcer ou consolider des thèses en cours dans l’EUR.
  • Appel à candidatures allocation doctorale en sciences humaines et sociales
    La présente allocation de recherche, financée par l’Agence Nationale de Recherche (ANR), en collaboration avec le Fonds national suisse (FNS), s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherche regroupant quatre équipes (françaises, suisse et italienne) consacré aux politiques urbaines touristiques
  • Azzurra fête sa première année
    A l’occasion du premier anniversaire du nouveau cluster HPC, la MSI fait le point sur AAP et offre de formation au calcul intensif
  • Bases moléculaires du sacrifice maternel chez le nématode Caenorhabditis elegans
    L’assimilation génétique est le processus évolutif au cours duquel un phénotype plastique initialement sensible à l’environnement devient fixé génétiquement et insensible à l’environnement. Malgré le caractère fondamental de ce concept de biologie évolutive, les bases moléculaires de l’assimilation restent très mal connues. Une nouvelle étude, publiée dans le journal Science Advances, montre qu’un simple changement de nucléotide est à l’origine de la fixation génétique d’un trait d’histoire de vie normalement induit par l’environnement.
  • L’équipe Smart Spectra en finale du concours « XPRIZE Rapid Covid Testing »
    XPRIZE Rapid COVID Testing annonce que l'équipe "Smart Spectra" fait partie des 10 équipes de la catégorie " Open Innovation Track" pour développer des méthodes de test COVID-19 plus rapides, moins chères et plus faciles à utiliser.
  • Les relations entre Cuba et l’Afrique au cœur des recherches de l’URMIS
    A l'URMIS, plusieurs chercheurs s’intéressent à la relation entre Cuba et l’Afrique. L’anthropologue Kali Argyriadis (IRD, URMIS), coordinatrice du livre "Cuba and Africa, 1959–1994" avec Giulia Bonacci et Adrien Delmas nous présente cette histoire du rapport entre Cuba et l'Afrique dans un podcast de Radio France International.
  • Une étude ouvre la voie vers de nouvelles stratégies de traitement des patients infectés par des microorganismes virulents
    Des chercheurs d’Université Côte d’Azur, au C3M et au CHU, en partenariat avec d’autres équipes, viennent de mettre en évidence le rôle d'un récepteur dans la détection des toxines et facteurs de virulence bactériens activateurs des RhoGTPases, une famille de protéines centrale dans la signalisation cellulaire. Leurs travaux, qui ouvrent la voie vers le traitement de nombreuses maladies infectieuses, sont parus le 11 janvier dans le revue Nature Microbiology.
  • Vers de nouvelles pistes thérapeutiques pour le mélanome uvéal
    Le mélanome uvéal est un cancer agressif, qui affecte les mélanocytes de l’œil, et pour lequel il n’existe, pour l’heure, aucun traitement systémique une fois qu’il s’est disséminé. L'équipe de recherche de Corine Bertolotto et Robert Ballotti au Centre Méditerranéen de Médecine Moléculaire (C3M) vient de découvrir de nouvelles formes thérapeutiques pour le traitement des formes disséminées de ce cancer. Les résultats ont été publiés au mois de janvier dans la revue "Cell Death and differentiation".
  • DECODEUR MINUTE : Qu'est-ce que la 5G ?
    Par le chercheur Walid Dabbous, responsable de l'équipe-projet Diana à Inria Sophia Antipolis
  • Il y aura probablement encore de nouveaux variants du sars-cov2. Mais faut-il nécessairement s’en inquiéter ?
    Comme un pied-de-nez aux premiers vaccins autorisés pour lutter contre les formes sévères de la COVID-19, l’année 2021 à peine commencée a vu émerger trois nouveaux variants du virus. Le vaccinologue Cécil Czerkinsky, Directeur de recherche Inserm à l'IPMC, nous explique en quoi ces formes mutées pourraient s'avérer problématiques pour endiguer l'épidémie et dans quelle mesure nous pouvons rester optimistes.
  • Création du Maxwell-Berger Underground Research Laboratory avec l'Université de Colombie-Britannique (UBC) et le CNRS
    Université Côte d'Azur est partenaire d'un projet de recherche international (IRP) franco-canadien . L'accord a été signé par visio-conférence le jeudi 21 janvier 2021 par l'Université de Colombie-Britannique (UBC), le CNRS, Université Côte d'Azur, l'Université d’Avignon et l'Université de Pau et des Pays de l’Adour. Cette signature permet de porter un nouveau projet de recherche international (IRP) franco-canadien le « Maxwell - Berger Low-Noise Underground Research Laboratory » (MBL). Il s’agit d’un projet très innovant car il associe des chercheurs venant de différentes disciplines développant des méthodes d’imagerie allant de la géophysique jusqu’à la médecine.
  • L'IPMC et Veolia traquent les variants du SARS-CoV-2 dans les eaux usées
    Veolia et l’Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire (IPMC) de Sophia-Antipolis - CNRS - UCA - collaborent dans le séquençage  des variants du SARS-CoV-2 dans les eaux usées. Les premiers résultats d’analyse obtenus fournissent une vue instantanée très précise des différentes mutations du virus présentes sur un large territoire. Ces données mettent notamment en évidence l’incidence du variant britannique dans les eaux usées et sont en ligne avec celles de Santé Publique France, selon lesquelles 1 à 2 %  de variants sont actuellement diagnostiqués parmi tous les cas de COVID-19 à l’échelle nationale.
  • Génération quantique : Université Côte d’Azur participera à l’effort national pour que la France devienne l’un des leaders mondiaux des technologies quantiques
    Emmanuel Macron a présenté ce 21 janvier à l’Université Paris Saclay le plan national destiné à propulser la France parmi les grandes nations dans le domaine du Quantique aux côtés notamment de la Chine et des Etats Unis. Ce sont 1,8 milliards d’euros qui seront consacrés aux technologies quantiques. Les enjeux sont de nature à rendre obsolètes toutes les technologies actuellement en service, notamment dans les communications, la sécurisation des échanges de données, et les capacités de calcul.
  • Chorégraphie de soi et identité en mouvement. Entretien avec Sarah Andrieu
    Partant d’un point de vue ethnographique, Sarah Andrieu analyse l’évolution de la danse contemporaine au Burkina Faso. Issue de récits intimes ou collectifs, cette enquête de terrain croise la création de danseurs etdanseuses qui font de leur pratique un désir d’émancipation comme la volonté d’en faire un métier à part entière. Pour son auteure, c’est aussi une manière de faire de sa recherche un « engagement ».Entretien réalisé par Christian Rinaudo (URMIS, EUR ODYSSEE)
  • Appel à candidatures CNAF-CIFRE
    Dans le cadre de sa mission d'encouragement à la recherche, la Caisse nationale des Allocations familiales (Cnaf) propose un contrat à durée déterminée de trois ans, adossé à une convention industrielle de formation par la recherche (Cifre).
  • Quand un canal en cache un autre
    Les canaux ioniques créent les signaux électriques avec lesquels le cœur bat, les muscles se contractent et le système nerveux ressent le monde, intègre l’information, crée la mémoire et contrôle le comportement. Leur dysfonctionnement est associé à des pathologies allant de la migraine à l’arythmie cardiaque. Une étude publiée par les équipes de Guillaume Sandoz (iBV) et de celle de Jacques Barhanin (LP2M) d'Université Côte d’Azur et du Pr. Bernard Attali, de l’Université de Tel Aviv, vient de démontrer un assemblage inédit entre deux superfamilles distinctes de canaux ioniques ouvrant des perspectives dans les traitements des arythmies cardiaques et également du syndrome des yeux secs. Les résultats ont été publiés au mois de décembre dans la revue Cell.
  • Charles Bouveyron prend la direction du 3IA Côte d’Azur et de sa nouvelle organisation
    Le 3IA Côte d’Azur débute cette nouvelle année avec des changements au sein de sa direction. Charles Bouveyron est le nouveau Directeur de l’institut. Il a pris ses fonctions depuis le 1er janvier, succédant ainsi à Jean Marc Gambaudo.
  • Un financement de 20 millions d'euros pour Innoskel, la nouvelle start-up d'Elvire Gouze de l'Institut Biologie de Valrose
    Innoskel, une start-up basée sur une nouvelle plateforme biotechnologique pour les maladies rares squelettiques, vient d'annoncer une levée de fonds de 20 millions d'euros portée par Jeito Capital et Ventures Vida, avec le soutien de groupe Turenne et Région Sud Investissement. Inoskel a été créée par Elvire Gouze, chercheur Inserm à l'Institut de Biologie Valrose et a pour objectif de soutenir le développement et l'avancement de thérapies géniques innovantes pour les patients atteints de maladies squelettiques rares.
  • Université Côte d'Azur participe à la réunion de lancement d'Ulysseus
    L'Université européenne Ulysseus a tenu sa réunion de lancement le 17 décembre dernier à laquelle Jeanick Brisswalter, Président d'Université Côte d'Azur a participé aux côtés de ses homologues des 5 autres universités partenaires de l'alliance. Ulysseus est une alliance transnationale qui vise à développer une université européenne attrayante, ouverte sur le monde, centrée sur l’humain, et qui comptera dans l’Espace Européen de l’enseignement, de la recherche et de l’innovation de demain.
  • Université Côte d'Azur célèbre ses lauréats de prix d'excellence
    Université Côte d'Azur a organisé le jeudi 10 décembre sa traditionnelle cérémonie des prix d'excellence pour récompenser tous ses chercheurs, enseignants-chercheurs, étudiants et artistes qui ont été distingués au cours de l'année 2020 pour leur contribution au plus haut niveau national et international.
  • Antoine Sicard, lauréat du programme ATIP-Avenir de l’INSERM et du CNRS
    Antoine Sicard, Praticien Hospitalier Universitaire et néphrologue spécialiste de la transplantation, a été lauréat du programme ATIP-Avenir de l'Inserm et du CNRS qui permet à des chercheurs français ou étrangers présentant un projet de recherche de très haut niveau de créer leur propre équipe de recherche au sein d’une structure d’accueil Inserm ou CNRS.
  • La combinaison de puces électroniques et photoniques permet d'établir un nouveau record en matière de détection ultra-rapide de lumière quantique
    Des chercheurs de l’Institut de Physique de Nice (INPHYNI, CNRS-Université de la Côte d'Azur) et de l'Université de Bristol ont mis au point un nouveau détecteur miniature capable de mesurer les caractéristiques quantiques de la lumière avec des performances records.
  • 600 000 euros de financement pour l'équipe "Génétique des maladies mitochondriales » de l’IRCAN
    L'équipe de recherche dirigée par Véronique Paquis-Flucklinger à l'IRCAN (Institute for Research on Cancer and Aging, Nice (IRCAN) vient d'obtenir un financement de 600 000 euros de la Fondation pour la Recherche Médicale pour développer de nouvelles stratégies thérapeutiques pour lutter contre la sclérose latérale amyotrophique.
  • Des sportifs aux commandes
    Si le premier confinement a été mal vécu par bon nombre d’entre nous, privés de sport, de relations sociales, de la liberté de circuler et parfois de celle de travailler, il semble avoir épargné au moins un secteur. Celui de la compétition en ligne, où les sportifs se trouvent aux commandes d’avatars opposés dans un jeu vidéo en réseau. Avec ses 7,3 millions de joueurs réguliers en France, le « esport » a donc de quoi questionner les non avertis. Dans un monde en recomposition, jusqu’où ira-t-il et mérite-t-il son appellation ?
  • « Le esport c’est avant tout des gens en train d’en regarder d’autres jouer »
    Elles ressemblent aux grands rendez-vous du football, du tennis ou de l’athlétisme. Les compétitions de esport remplissent de spectateurs déchaînés des stades gigantesques et ne manquent plus de sponsors. Les équipes ont leurs coachs et les commentateurs tiennent une place centrale dans le sucés des tournois. Pourtant, les parties disputées sur écran ressemblent souvent aux jeux qui se jouaient dans les années 80 dans l’intimité des chambres d’ados. Alors, en dehors du graphisme, qu’est-ce qui a changé en quarante ans ? Comment expliquer cette évolution ?
  • Réel versus virtuel : est-ce que c’était mieux avant ?
    Peut-être parce qu’ils pâtissent de toutes les mises en garde promulguées contre les écrans, les jeux vidéos sont perçus très différemment des jeux de société traditionnels. On s’inquiète de leur violence, de l’isolement des joueurs ou encore du risque de dépendance. Mais ces a priori reflètent-ils la réalité ?
  • Premiers vaccins : une injection d’espoir
    L’enjeu de la campagne vaccinale, dont le démarrage est programmé en janvier 2021 avec 1 million de doses, sera d’abord de protéger les plus vulnérables contre les symptômes graves de la covid-19.
  • Comment des organismes sexuellement incompatibles peuvent-ils échanger du matériel génétique ?
    Ce mystère suscite l’intérêt de la communauté scientifique depuis de nombreuses années. Grâce à la découverte d’une souche de levure à l’architecture génétique ancestrale, l'équipe de Gianni Litti, à l'IRCAN a pu mettre en évidence un nouveau mécanisme permettant l’échange de matériel génétique sans avoir recours à la reproduction sexuée. Ces résultats ont été publiés dans la prestigieuse revue Nature le 19 novembre 2020.
  • 3ème édition du Sophia Summit en 100% numérique
    Organisé par Université Côte d’Azur, la Communauté d’Agglomération de Sophia Antipolis et le Sophia Club Entreprises avec le soutien du département des Alpes Maritimes et du 3IA Côte d'Azur, ce colloque international s'est imposé en trois ans dans le domaine de l’intelligence artificielle et de ses applications. En 2020, pour s'adapter aux contraintes sanitaires, les organisateurs et leurs partenaires avaient choisi un format en 100% numérique.
  • Campagne Sealex : le laboratoire Geoazur évalue les effets de la tempête Alex en mer
    Une campagne océanographique conduite par les chercheurs du laboratoire GEOAZUR s'est déroulée du 1er au 9 novembre au large des embouchures des fleuves de la Roya et du Var. La campagne « Sealex » avait pour objectif d’étudier les effets des apports sédimentaires de ces fleuves en mer suite à la tempête Alex.
  • Retour sur la journée scientifique IA et santé numérique
    Le 3IA Côte d'Azur a organisé, en partenariat avec le CHU de Nice, le 21 octobre dernier une journée scientifique sur l'IA en santé et numérique au Galet du CHU Pasteur. L'occasion de faire le point sur les différents projets mis en place par les titulaires des chaires 3IA et leurs étudiants.
  • Comment des organismes sexuellement incompatibles peuvent-ils échanger du matériel génétique ?
    Ce mystère suscite l’intérêt de la communauté scientifique depuis de nombreuses années. Grâce à la découverte d’une souche de levure à l’architecture génétique ancestrale, l'équipe de Gianni Litti, à l'IRCAN a pu mettre en évidence un nouveau mécanisme permettant l’échange de matériel génétique sans avoir recours à la reproduction sexuée. Ces résultats ont été publiés dans la prestigieuse revue Nature le 19 novembre 2020.
  • La signature scientifique d'UCA
    A dater du 1er juillet 2016, toutes les publications et productions issues des laboratoires, équipes de recherche ou de création d’UCA devront porter la signature commune des membres d’Université Côte d’Azur. L’usage de cette signature est impératif ; il conditionne notamment la reconnaissance d’UCA par la communauté des pairs et sa présence dans les classements internationaux. La direction d’UCA sera extrêmement vigilante sur le respect de cette signature et mettra en œuvre tous les moyens incitatifs nécessaires pour qu’elle soit correctement appliquée.
  • Idex UCA Jedi : 9 millions pour débuter...
    Najat Vallaud-Belkacem a annoncé, le 25 mars dernier, une dotation de lancement de 9 millions d'euros pour l'IDEX UCA Jedi, présenté par Université Côte d'Azur. Jean-Marc Gambaudo, Président d'Université Côte d'Azur, est satisfait de cette annonce et nous explique à quoi vont servir ces fonds.
  • UCA Jedi : 58 millions d’euros sur 4 ans attendus pour l’enseignement supérieur et la recherche sur la Côte d’Azur
    UCA, Université Côte d’Azur, la communauté d’universités et d’établissements d’enseignement supérieur récemment créée sur le territoire azuréen, comptant parmi les 25 regroupements universitaires et scientifiques français, et ses partenaires décrochent avec le projet UCAJedi, le très sélectif Programme d’Investissement d’Avenir « IDEX ».
  • UCA : l'excellence récompensée
    L’Université Côte d’Azur a rendu hommage le 10 décembre dernier à ses étudiants, chercheurs et enseignants-chercheurs qui ont été, au cours de l’année 2015 récompensés par des prix prestigieux pour leur contribution scientifique ou artistique au plus haut niveau national et international.
  • UCA : l'UNS et Skema Business School signent une convention de partenariat
    Les deux établissements vont collaborer dans le domaine de la formation, de la recherche et du développement à l'international. Cette convention, signée le 9 octobre dernier, est la première d'une longue série que les acteurs de la COMUE Université Côte d'Azur souhaitent mettre en place en vue de réaliser des actions communes.
  • UCA JEDI : la candidature à l'initiative d'excellence (IDEX) de Université Côte d'Azur est pré-selectionnée
    Le projet UCAJedi, présenté par Université Côte d’Azur (UCA), dans le cadre des programmes nationaux d’investissements d’avenir, vient d’être pré-sélectionné par le jury international comme projet d’initiatives d’excellence (IDEX).
  • Le Projet Crépuscule de Vénus
    En juin 2012, plusieurs équipes internationales d’astronomes sont parties aux quatre coins du monde pour observer le dernier transit de Vénus du 21e siècle afin d’approfondir notre connaissance de l’atmosphère de cette planète. L’observatoire de la Côte d’Azur a soutenu activement ce projet qui a également donné lieu à la réalisation d’un film.
  • Rachid Deriche, directeur de recherche Inria, lauréat 2016 ERC Advanced Grant
    Rachid Deriche, directeur de recherche de classe exceptionnelle à Inria Sophia Antipolis - Méditerranée, responsable de l'équipe-projet ATHENA vient de recevoir la bourse européenne European Research Council dans la catégorie Advanced pour le projet CoBCoM à la frontière entre les mathématiques, l'informatique et la neuro-imagerie.
  • ERC : 2,5 millions d'euros pour l'équipe de recherche de Pierre Léopold (IBV)
    L'équipe de recherche dirigée par Pierre Leopold au sein de l'Institut Biologie Valrose vient de recevoir un financement 2,5 millions d'euros du conseil européen de la recherche. Ces fonds sont destinés à mieux comprendre les mécanismes qui sous-tendent à l'établissement des proportions du corps.
  • Le ribose découvert dans une comète artificielle
    L’équipe de recherche dirigée par Uwe Meierhenrich au sein de l’Institut de Chimie de Nice (UNS/ CNRS) vient d’identifier du ribose dans une comète artificielle grâce à une nouvelle technique de préparation d’analyse. Le ribose est un composant de l'ARN, une molécule biologique présente chez pratiquement tous les êtres vivants. Cette découverte ouvre la voie à de nouvelles interprétations de l’évolution chimique et a fait l’objet d’une publication dans la revue Science le 7 avril.
  • Un premier jeu de données génomiques réalisé à partir de levures
    Grâce au séquençage de longues molécules d'ADN, un consortium de laboratoires français, anglais et suédois, dont l'IRCAN (Institut for Research on Aging and Cancer) fait partie, décrit l'assemblage complet des génomes de sept souches de levures de boulangerie (Saccharomyces cerevisiae) et de cinq souches de levures Saccharomyces paradoxus. Cette étude a permis de définir les limites entre régions internes et sous-télomèriques des chromosomes et de comparer les dynamiques évolutives des souches domestiquées et des souches sauvages naturelles.
  • Des sondes fluorescentes pour mieux comprendre la division cellulaire
    Grâce à une avancée technologique reposant sur le développement de sondes fluorescentes originales, les équipes d’Yves Mély (Laboratoire de biophotonique et pharmacologie de Strasbourg), d’Alain Burger (Institut de Chimie de Nice), d’Yitzhak Tor (University of California, San Diego), et de Christian Bronner et Marc Ruff (Institut de Génétique et de Biologie Cellulaire et Moléculaire de Strasbourg) apportent un début de réponse d'un mécanisme physiologique fondamental qui concerne la conservation de l’identité cellulaire lors de la réplication de l’ADN et implique un tandem protéique (UHRF1/DNMT1). Cette étude donne un nouvel éclairage sur le mécanisme de fonctionnement de ce ménage à 3 et permet d’envisager le développement de nouvelles pistes thérapeutiques pour lutter contre le cancer.
  • La santé des plantes par la racine
    Rencontre avec Justine Lipuma, fondatrice de la start-up Mycophyto qui exploite un phénomène vieux de 450 millions d’années pour promouvoir le biocontrôle.
  • MUSE : la qualité de l’air inspire les chercheurs
    Le laboratoire de soins pharmaceutiques et de santé publique (L2SP) du CHU de Nice vient de mettre en place le projet MUSE (Monitoring Urbain Santé Environnement) qui consiste à élaborer et valider un modèle d'aide à la décision et au pilotage pour les collectivités (principe de smart city) vis à vis de la qualité de l'air.
  • Des chercheurs azuréens créent un observatoire de la campagne électorale 2017
    A l’occasion de la campagne pour les élections présidentielles, des chercheurs azuréens des Laboratoires Bases Corpus, Langage (BCL) et Laboratoire Informatique, Signal, Systèmes de Sophia Antipolis (I3S) ont crée un observatoire de la campagne électorale 2017 en temps réel permettant d'analyser le discours des principaux candidats.
  • Université Côte d’Azur lance UCA Labs Stories, un blog de culture scientifique
    Hébergé sur la plateforme Medium, ce blog suit une temporalité différente et complémentaire de celle des newsletters (fil UNS, UCA News). Sa ligne éditoriale se concentre sur les activités de recherche menées dans les laboratoires et il s’articule autour de quatre rubriques.
  • Protibis, le biscuit hyper protidique issu de la recherche du CHU de Nice, remboursé par la Sécurité Sociale
    Le complément nutritionnel conçu au CHU de Nice est pris en charge par la Sécurité Sociale depuis le 1er mars 2017. Protibis est un biscuit hyper protidique pour aider les patients en perte de poids. Le bonheur de croquer des petites galettes en alternative aux textures lactées.
  • Agnese Seminara, médaille de bronze du CNRS, ambassadrice de la transdiciplinarité !
    Jeune chercheuse prometteuse - l’atteste la récente médaille de bronze que lui a décernée le mois dernier le CNRS pour son travail, la qualifiant de spécialiste de talent dans son domaine - Agnese SEMINARA est également une italienne souriante qui a de la suite dans les idées et des questions fondamentales plein la tête ! Rencontre avec cette chargée de recherche à l’Institut de PHYsique de Nice (INPHYNI), à l’accent du soleil méditerranéen.
  • Mélanome : une avancée majeure dans la compréhension des mécanismes moléculaires impliqués dans les cancers de la peau
    L’équipe de Corine Bertolotto et Robert Ballotti au sein du Centre de Médecine Moléculaire Méditerranéen - C3M (UNS, Inserm) a mis en évidence les mécanismes moléculaires impliqués dans la mutation d’une protéine MITF ; cette protéine est responsable du développement métastatique des mélanomes. Cette découverte renforce l'idée que les porteurs de cette protéine mutée doivent bénéficier d'une surveillance accrue permettant ainsi une prise en charge précoce et plus efficace en cas de mélanome.
  • L’étoile β Pic dans la ligne de mire des astrophysiciens
    Avec l’arrivée de la nuit polaire en Antarctique, les observations de l’étoile β Pic avec le télescope ASTEP viennent de débuter. Il s’agit d’observer un système d’une étoile très jeune et de sa planète géante, de tenter de découvrir des lunes ou des anneaux et au delà, de résoudre un mystère: La variation de brillance de l’étoile observée en 1981 était-elle due au passage de la planète devant son étoile?
  • Chroniques du cerveau
    Dans sa vaste entreprise d’auto dissection, l’humanité a enfin les moyens de passer au crible le cerveau « vivant » pour épier la moindre de ses activités. Alors que l’essentiel des travaux de recherche dans ce domaine s’est longtemps focalisé sur les activités intellectuelles, ceux-ci s’étendent donc désormais aux émotions. Car les situations de plaisir et de déplaisir, allant jusqu’au stress, ont un impact, parfois durable, sur l’activité cérébrale. C’est le thème qu’ont choisi, cette année, de mettre à l’honneur les organisateurs de la Semaine du Cerveau sur la Côte d’Azur. Au fil de ce 19e rendez-vous national, initié localement le 10 mars, UCA news revient sur une sélection d’interventions.
  • Get up, stand up! La décadence d’un organisme programmé pour bouger
    Le LAMHESS a invité le professeur François Carré, cardiologue rennais et chercheur à l’Inserm, à discuter des vertus thérapeutiques du sport, le 15 décembre à l’auditorium Nucéra.
  • Médaillés 2016, Université Côte d'Azur
    Université Côte d’Azur a rendu hommage à ses médaillés 2016 le 16 décembre dernier. Les chercheurs, étudiants, doctorants, post-doctorants et artistes mis à l’honneur le temps de cette soirée ont tous reçu une distinction au cours des derniers mois. Une partie des lauréats revient dans ce cahier spécial sur le travail ainsi salué.
  • Une molécule pour régénérer les cellules produisant de l’insuline chez les diabétiques
    L'équipe de recherche de Patrick Collombat à l'Institut de biologie Valrose (UNS, Inserm,CNRS) démontre que le GABA, un neurotransmetteur utilisé parfois en complément alimentaire, pourrait induire la régénération des cellules produisant l’insuline. Cette découverte, réalisée chez la souris et partiellement validée chez l’homme, apportent un nouvel espoir aux patients atteints de diabète de type 1. Ces travaux viennent d'être publiés dans la revue Cell.
  • Schizophrénie : trouver le meilleur traitement grâce à une prise de sang
    Nicolas Glaichenhaus de l'Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire (UNS, CNRS) vient de recevoir le prix Marcel Dassault pour financer son projet de recherche sur les patients atteints de schizophrénie. Il espère ainsi pouvoir développer un algorithme de prédiction permettant au psychiatre d’identifier d’emblée, sur la base d’une simple prise de sang, le traitement qui aura le plus de chance d’être efficace pour son patient.
  • Avec CRISPR Cas9, couper dans l’ADN devient facile. Mais pour quoi faire?
    Certains mots barbares désignent des révolutions scientifiques. C’est le cas de CRISPR Cas9. Ce système moléculaire fait régulièrement, depuis quatre ans, la une des revues scientifiques. Assimilé à des ciseaux génétiques, il introduit sur les paillasses de biologie la possibilité de « couper-coller » dans le génome, à la manière d’un logiciel de traitement de texte.
  • Un chercheur du LJAD co-conçoit une méthode statistique aux propriétés «universelles»
    Nous vivons dans une société de programmes. Il y en a pour le lendemain, pour tout à l’heure, pour cet été. Ces anticipations, autrefois, se confinaient à l’intimité de nos calculs mentaux. Puis des programmes informatiques ont émergé. Couplés aux modèles mathématiques et à la puissance de calcul des ordinateurs actuels, ils permettent de prédire la météo, estiment la durée d’un itinéraire, chiffrent le risque de développer une maladie. Une façon de répondre à ces nouveaux besoins de « savoir » consiste, à partir des données dont nous disposons, à trouver les « lois de hasard » qui régissent les phénomènes qui nous intéressent.
  • La première rencontre des Comités Stratégiques d’UCA à Nice
    Marquant une étape importante dans le développement d’UCA et du projet d’Idex UCAJEDI, les membres des deux Comités Stratégiques d’UCA, scientifique et territorial, se sont rencontrés pour la première fois à Nice en septembre dernier. Réunis pendant deux jours à l’Hôtel Aston la Scala, les treize membres* venant d'universités, d'entreprises et d'institutions publiques françaises et surtout étrangères ont été reçus par le staff complet d'UCA qui leur a présenté en détail le projet d'Idex et les premières actions envisagées. Les Comités ont en retour formulé leurs recommandations pour orienter au mieux ce projet.
  • Nina Miolane lauréate d'une Bourse Femmes et Science
    Doctorante au sein de l'équipe-projet ASCLEPIOS du centre de recherche Inria de Sophia Antipolis - Méditerranée, Nina Miolane fait partie des jeunes chercheuses prometteuses distinguées par la Fondation L'Oréal – Unesco. Nina Miolane vient de recevoir une bourse pour ses travaux de recherche sur le patient virtuel, dans la catégorie «Explorer le cerveau, un terrain à conquérir».
  • Big Bell Test : participez à une expérience scientifique unique sur la physique quantique
    L’équipe de recherche menée par Sébastien Tanzilli au sein du Laboratoire de Physique de la Matière Condensée (LPMC – UNS, CNRS) participera comme 8 autres laboratoires dans le monde au Big Bell Test le 30 novembre prochain : une expérience unique à l’échelle mondiale qui permettra de mettre à l’épreuve certains aspects de la physique quantique au travers d’une application basée sur l’imprévisibilité humaine.
  • Le LEAT et Orange se dotent d’une chambre anéchoïde pour préparer les futurs réseaux 5G
    Le laboratoire d'Electronique, Antennes et Télécommunications (UNS, CNRS) et le groupe Orange ont inauguré le 4 novembre dernier une chambre anéchoïde commune sur le campus de Sophia tech. Cette chambre, la seconde pour le LEAT, va permettre aux chercheurs de mesurer le rayonnement des antennes pour les futures applications de télécommunication en 5G et plus.La collaboration entre l'Université et Orange a commencé en 1986 avec la formation des doctorants dans le cadre de thèse et de projets de recherche. Puis en 2008, les deux partenaires créent le Centre de REcherche Mutualisé sur les ANTennes - CREMANT, laboratoire commun entre l'UNS, Orange Labs et le CNRS dont les activités de recherche portent sur les antennes miniatures des systèmes de télécommunications, les systèmes multi antennes pour améliorer toujours plus les débits de données, les télécommunications à très haute fréquence et les réseaux de capteurs.
  • Obésité : vers de nouvelles pistes thérapeutiques
    L'équipe dirigée par Christian Dani au sein de l'Institut Biologie Valrose (IBV - CNRS, UNS, Inserm) vient de découvrir comment générer des adipocytes bruns à partir de cellules souches. Les adipocytes bruns sont des cellules qui brulent de l'énergie et diminuent les graisses de notre organisme. Une transplantation de ces cellules gourmandes en énergie chez des patients obèses pourraient les aider à lutter contre leur maladie.
  • L'Institut de chimie de Nice perce le secret de l'odeur de l'encens
    L'équipe de recherche dirigée par Nicolas Baldovini à l'Institut de Chimie de Nice (UNS, CNRS) vient de découvrir les composants de l'encens. Cette découverte va permettre de pouvoir reconstituer de manière synthétique cette odeur si caractéristique qui date de plus de 6000 ans, sans avoir recours aux ressources naturelles et de pouvoir l'utiliser dans des parfums.
  • UCA et Sophia Conseil signent une convention de collaboration
    Université Côte d’Azur et la société Sophia Conseil ont signé une convention de collaboration le mercredi 26 octobre dernier dans les locaux de Sophia Conseil à Sophia Antipolis.
  • Trois chercheurs niçois du laboratoire Lagrange (CNRS-OCA-UNS), membres de l’équipe scientifique de la mission OSIRIS-Rex, ont assisté au lancement de la sonde à Cap Canaveral (USA) le jeudi 08 septembre 2016 !
    12000 personnes étaient présentes à ce lancement. L'objectif de cette mission est d'envoyer une sonde pour caractériser et ramener sur terre un échantillon d'un astéroïde primitif. Les astéroïdes primitifs sont des éléments riches en carbone et matière organique probablement à l'origine de l'eau et de l'émergence de la vie sur terre.
  • Adrien Bousseau (Equipe GraphDeco, Inria) obtient une Bourse ERC Starting Grant
    Adrien Bousseau est chargé de recherche au sein de l’équipe-projet GRAPHDECO à Inria Sophia Antipolis – Méditerranée. Spécialiste de l’imagerie numérique, il a reçu en 2011 l'un des trois prix Eurographics de la meilleure thèse. Son projet sur « l’interprétation des dessins pour le design 3D » vient de lui permettre de décrocher une bourse dans la catégorie « Jeune chercheur » (Starting Research Position), panel attribué par le Conseil Européen de la Recherche (ERC).
  • Michel Rainelli, nommé référent éthique et intégrité scientifique
    Michel Rainelli, Professeur émérite en sciences économiques, a été nommé, au mois de septembre, référent « éthique et intégrité scientifique » pour l’Université Nice Sophia Antipolis et Université Côte d’Azur. Son rôle sera de mettre en place des actions de sensibilisation et de formation à cette problématique à destination des laboratoires de recherche ; il pourra également être saisi par un chercheur en cas de fraude ou de plagiat.
  • Des récifs artificiels réalisés avec une imprimante 3D immergés dans l’aire marine protégée du Larvotto
    Six récifs imprimés en 3D à base de produits naturels (sable de Dolomite et cendre volcanique) et pesant 2 500 kilos chacun ont été immergés fin octobre dans l’aire marine protégée du Larvotto à Monaco. Il s’agit d’une première en Méditerranée et au niveau mondial par la taille des récifs imprimés. Le laboratoire ECOMERS fait partie des partenaires de ce projet innovant.
  • SKEMA Business School s'engage aux côtés de la SATT Sud-Est pour faire rayonner l'innovation en régions PACA et Corse
    La SATT Sud-Est et SKEMA Business School signent une convention cadre de partenariat pour unir leurs forces et valoriser les résultats de la recherche.
  • Mise en route d’un Medical Datas Center pour exploiter les données massives en santé
    Le Medical Data Center (MDC) complète la démarche initiée avec la création du Centre de la Modélisation, de la Simulation et des Interactions (MSI) financé dans le cadre de l’IDEX UCA Jedi et avec le projet d’un Master dédié.
  • Horloges biologiques : une boîte à musique dans chaque cellule
    Alors que tout ce qui « commande » dans le corps semblait réservé au cerveau et n’a longtemps sollicité l’intérêt que des neurosciences, les horloges biologiques se sont révélées, contre toute attente, un mécanisme fondamental ayant « résisté » à l’évolution. Le comité Nobel les met cette année à l’honneur en attribuant le prix de Médecine ou de physiologie à Jeffrey C. Hall, Michael Rosbash et Michael W. Young
  • Le décodeur minute : Qu’est-ce qu’un psychotraumatisme ?
    Par André Quaderi, psychothérapeute EMDR et psychologue clinicien au sein de l'équipe CoBTeK d'Université Côte d'Azur
  • La résistance aux médicaments, un problème de santé publique décrypté grâce à la levure !
    Des chercheurs de l’Institut de recherche sur le cancer et le vieillissement de Nice et du Wellcome Trust Sanger Institute à Cambridge (G-B) montrent qu'une grande diversité génétique au sein d’une population de cellules joue un rôle essentiel dans l'apparition d'une résistance aux médicaments due à l’acquisition de nouvelles mutations. Cette étude publiée le 17 octobre 2017 dans la revue CellReports permet de mieux comprendre l'évolution de la résistance aux médicaments antimicrobiens et anticancéreux.
  • Comprendre les séismes et les processus qui les contrôlent
    Où en est la recherche sur les processus qui contrôlent les séismes ? C'est pour faire le point sur cette épineuse question, sur les avancées et perspectives de la recherche pour les années à venir, mais aussi pour former les chercheurs de demain, qu'a été organisée l'école internationale EARTHQUAKES du 2 au 6 octobre à l'Institut d'Etudes Scientifiques de Cargese.
  • Le premier prix Pierre Lafitte décerné à Caroline Bushdid pour ses travaux sur les molécules odorantes
    Caroline Bushdid, doctorante à l'Institut de chimie de Nice (Université Côte d'Azur) est la première lauréate du prix Pierre Laffitte visant à récompenser des étudiants en 2ème année de thèse pour la qualité de leur travail et leur lien avec l'innovation. Le prix lui a été remis le 13 octobre dernier à Sophia Antipolis.
  • Les ondes gravitationnelles font la première lumière sur la fusion d’étoiles à neutrons
    Les scientifiques de la collaboration LIGO-Virgo (dont l'équipe ARTEMIS est membre) ont observé pour la première fois des ondes gravitationnelles émises lors de la fusion de deux étoiles à neutrons, et non de deux trous noirs comme dans les cas précédents. Autre première : cette source d’ondes gravitationnelles émet de la lumière, observée dans les heures, jours et semaines qui suivirent grâce à la contribution de 70 autres observatoires sur Terre et dans l’espace.
  • Prévenir un risque, c’est anticiper des dégâts, pas empêcher un phénomène
    Deux ans après les inondations de 2015, le 3 octobre devient la journée dédiée au risque dans les Alpes-Maritimes (1). Pour cette première édition à Nice, focus sur les séismes.
  • My Coach Activity : Université Côte d'Azur crée sa première start-up dédiée à la reprise du sport
    Université Côte d'Azur a signé jeudi 5 octobre un partenariat avec My Coach, pour la création de My Coach Activity, une application qui permet de mettre en place des programmes d'entrainement en fonction d'un public cible. Le partenariat a été signé en présence de Laura Flessel, Ministre des sports à l'Allianz Riviera dans les locaux de My Coach.
  • Académies d'excellence : vers une meilleure complémentarité des actions
    Les Académies d’Excellence étaient réunies jeudi 28 septembre dernier au théâtre du grand château à Valrose, pour faire le point sur les actions écoulées et préciser leur feuille de route 2018, sous l’impulsion du Président d’Université Côte d'Azur, Jean-Marc Gambaudo, et de la Directrice des Programmes Recherche, Sylvie Mellet. Elles ont pu partager cette journée avec les directeurs d'UMR, réunis conjointement par le Délégué Régional du CNRS, Benoît Debosque.
  • Ondes gravitationnelles : première détection conjointe LIGO-Virgo
    Les scientifiques des collaborations LIGO et Virgo ont observé, pour la première fois avec trois détecteurs, des ondes gravitationnelles émises lors de la fusion de deux trous noirs. Ce résultat confirme le bon fonctionnement de l'instrument Advanced Virgo, qui s'est joint aux observations des deux détecteurs LIGO le 1er août et dont c’est la première détection. Il ouvre la voie à une localisation bien plus précise des sources d'ondes gravitationnelles. Les chercheurs du laboratoire Artemis d'Université Côte d'Azur ont participé à ces travaux publiés dans la revue Physical review Letters.
  • Alain Brillet, chercheur à Université Côte d'Azur, reçoit la médaille d’or du CNRS
    Ce prestigieux prix, créé en 1937, est attribué chaque année à des personnalités qui ont contribué, d’une manière exceptionnelle et dans des disciplines diverses, au dynamisme et au rayonnement de la recherche en France. Alain Brillet a joué un rôle de visionnaire dans le développement des grands interféromètres ayant conduit à la détection des ondes gravitationnelles.
  • Le CoBTeK lab d'Université Côte d’Azur a clôturé sa première école d’été avec succès
    Big@UCA summer school était organisée par le laboratoire CoBTeK (Cognition, Behaviour et Technology) d'Université Côte d'Azur du 28 août au 2 septembre à l'Institut Claude Pompidou. Cette école d'été était consacrée à l'innovation appliquée aux maladies neuropsychiatriques. Elle a offert aux 15 participants une formation innovante associant cours théoriques, travail de groupe et réflexion personnelle.
  • Une équipe du laboratoire Lagrange a mesuré que le coeur du Soleil tourne sur lui-même en une semaine
    Pour la première fois, la vitesse de rotation du cœur du Soleil a pu être évaluée correctement. Remarquablement stable depuis 4,6 milliards d'années, le Soleil est maintenu ainsi par l'équilibre quasi parfait entre la gravitation, qui tend à le contracter, et la pression des réactions thermonucléaires en son cœur. Des chercheurs fédérés auprès d'une équipe du laboratoire Lagrange (CNRS/Observatoire de la Côte d'Azur/Université Nice Sophia Antipolis) ont mesuré que le cœur de notre étoile tournait sur lui-même en une semaine. Grâce à l'instrument Golf1, en orbite autour de notre étoile à bord de la sonde Soho2 pour mesurer les oscillations solaires, ils ont développé une nouvelle approche qui a enfin permis de détecter sans ambiguïté des modes de vibration de gravité dans notre étoile. Ces travaux, qui relancent plus largement l'étude de la physique de ce cœur, sont publiés dans la revue Astronomy & Astrophysics.
  • Perturbateurs endocriniens : des bombes invisibles et à retardement
    Le 4 juillet dernier, l’Union européenne a voté une définition “par défaut” pour caractériser les perturbateurs endocriniens. Or, ces polluants chimiques se trouvent partout dans notre environnement. Ils s’accumulent dans les organismes le long de la chaîne alimentaire et se transmettent d’une génération à l’autre. Le Pr Patrick Fénichel, médecin endocrinologue et chercheur au C3M revient sur l’état des connaissances et sur les façons dont nous pouvons limiter notre exposition à ces substances.
  • Première découverte d’une exoplanète pour Sphère
    Installé depuis 2014 sur le Très grand télescope (VLT) de l'ESO au Chili, l'instrument européen Sphère vient d’obtenir pour la première fois le cliché d’une exoplanète grâce à des méthodes de détection directe. A ce jour, seule une poignée d’exoplanètes a pu être observée de manière directe sur les 3600 qui ont été détectées depuis 1995. Cette découverte réalisée par une équipe internationale comprenant notamment des chercheurs du laboratoire Lagrange va être publiée dans la revue "Astronomy and Astrophysics".
  • Succès parasitaire des nématodes à galles, bien plus qu’une simple histoire de sexe
    Les nématodes à galles sont des ravageurs importants en agriculture, parmi lesquels excellent les espèces qui se reproduisent de manière strictement asexué, en dépit des avantages génétiques conférés par la reproduction sexuée. Des chercheurs de l’Inra, de l’Université Côte d’Azur, du CEA et du CNRS ont mis en évidence que l’histoire évolutive de ces nématodes et les particularités structurales de leur génome pourraient expliquer une partie de ce succès hors normes. Ces résultats sont publiés le 8 juin 2017 dans la revue PloS Genetics.
  • Grands séismes : première modélisation 3D de la zone de subduction des Petites Antilles
    Les petites Antilles constituent une longue chaîne d'îles séparant la mer des Caraïbes de l'océan Atlantique. Une faille de subduction s'y trouve pouvant générer de grands séismes comme ceux de 1839 et 1843, d’une magnitude estimée entre 7.5 et 8.5 et qui ont dévasté les villes de Fort de France en Martinique et de Pointe à Pitre en Guadeloupe, ayant entrainé la mort de milliers de personnes. Pour la première fois des chercheurs du laboratoire Géoazur et de l’Institut de physique du globe de Paris (IPGP de Paris/ CNRS/ Université Paris Diderot) viennent d’obtenir une image tridimensionnelle de cette faille de subduction. Ces travaux ont été publiés dans Nature Communications le 10 juillet 2017.
  • Université Côte d'Azur signe une convention de partenariat avec Amadeus
    Ce partenariat permet aux deux établissements de collaborer à la fois sur des aspects de recherche et développement sur les thèmes de l’intelligence artificielle appliquée au e-Travel et sur des aspects de formation. La signature officielle a eu lieu le 7 juillet au siège d'Amadeus à Sophia Antipolis.
  • L'IMREDD et Enedis collaborent pour des réseaux électriques intelligents
    La collaboration a donné lieu à une signature de convention le 5 juillet à Acropolis à Nice dans le cadre du salon innovative city. Partenaire du projet Smart Campus Nice Sophia Antipolis labellisé par le gouvernement, Enedis apportera son soutien à Université Côte d’Azur dans le déploiement de réseaux électriques intelligents sur le campus Sophia Tech situé à Sophia Antipolis et sur l’EcoCampus dont la construction est amorcée sur le quartier de Nice Méridia.
  • Record de fréquentation battu pour la nuit des coupoles ouvertes, le rendez-vous des passionnés d'astronomie
    Cet événement de culture scientifique était organisé le 1er juillet dernier sur le plateau de Caussols par l'Observatoire de la Côte d'Azur. Franc succès pour cette édition 2017. Plus de 7000 visiteurs sont venus admirer la Lune et Jupiter et assister aux conférences et animations.
  • Michel Lazdunski fait Commandeur dans l'ordre de la légion d'honneur
    Le fondateur du centre de biochimie et de l'Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire a été décoré des insignes de Commandeur dans l'ordre de la légion d'honneur par Christian Estrosi, Maire de Nice et Président de la métropole Nice Côte d'Azur le 27 juin dernier à la Villa Massena. Pour l'occasion, Frédérique Vidal, Ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation avait écrit quelques mots à l'attention de son ancien professeur.
  • Biodiversité : les scientifiques impliqués dans la mission Tara font le point à Nice
    La goélette scientifique Tara parcourt l’Océan Pacifique d’Est en Ouest et du Sud au Nord pour tenter de dévoiler la biodiversité des récifs coralliens. Cette mission regroupe 70 chercheurs issus de 22 laboratoires du monde entier qui rassemblent leurs expertises pour étudier ce fabuleux écosystème et constituer un état des lieux pour les générations à venir. Une réunion scientifique s'est déroulée à Nice les 26 et 27 juin pour faire le point sur les avancées de la mission.
  • Therapixel, la start-up issue d'Inria, gagne le digital mammography challenge
    Ce challenge vise à améliorer la performance du dépistage du cancer du sein en exploitant les algorithmes d’intelligence artificielle. La société Therapixel a décroché la première place dans ce concours mondial face à plus de 1200 équipes, le 2 juin dernier.
  • Matisse, le nouvel instrument de l'Observatoire Côte d'Azur, pour mieux comprendre la formation des planètes rocheuses
    Après une année de tests en laboratoire, sur le site du Mont-Gros de l’Observatoire de la Côte d’Azur, l’instrument MATISSE (Multi AperTure mid-Infrared SpectroScopic Experiment) est fin prêt à partir vers sa destination finale : l’Observatoire du « Very Large Telescope » au Mont Paranal du désert Chilien de l’Atacama. Encore quelques préparatifs et cet instrument de dernière génération du mode interférométrique du Very Large Telescope pourra effectuer son voyage.
  • Electrosmart, l’application qui mesure les ondes électromagnétiques
    Une équipe de recherche d’Inria menée par Arnaud Legout a mis au point, au travers d’un projet de recherche une application capable de mesurer notre degré d’exposition aux ondes électromagnétiques. Elle permet à la fois d’avoir une meilleure connaissance de notre environnement mais également d’établir des cartographies des zones d’exposition.
  • Les meilleurs chercheurs en économie du travail étaient en congrès mondial à Sophia-Antipolis
    Les 1er et 2 juin 2017, une quinzaine d’experts mondiaux se sont réunis en congrès à Sophia-Antipolis pour mettre en commun leurs travaux sur l’économie du travail. Ce workshop UCA-Jedi intitulé « Beyond Routine Replacing Technical Change: Trade, Innovation and the Changing Nature of Jobs » était co-organisé par l'OFCE Sciences-Po, SKEMA, le CNRS-GREDEG et l'Université Côte d’Azur.
  • Le centre de recherche en création musicale met au point un nouvel outil de simulation musicale
    Cette nouvelle technique très utile aux chefs d’orchestre, metteurs en scène et chanteurs d’opéras permettra aux différents protagonistes, grâce à ces techniques de simulation, d'avoir une idée sonore précise du rendu final permettant à chacun de mieux se préparer et de se coordonner à la veille des premières répétitions dans les théâtres.
  • NissActive cueille des lauriers
    Déjà trois prix pour la start’up niçoise, spécialisée dans la recherche de principes actifs innovants extraits des plantes méditerranéennes et destinés au marché de la cosmétique.
  • The Big Bell Test dans Nature : les sciences participatives pour mettre à l’épreuve la physique quantique
    Une collaboration internationale mise en place par The Institute of Photonic Sciences à Barcelone, rassemblant douze laboratoires sur cinq continents, dont l’Institut de physique de Nice (Université Côte d'Azur), a mené une expérience de sciences participatives inédite en physique quantique. Les résultats sont publiés dans la revue Nature le 10 mai 2018.
  • Des états photoniques quantiques pour caractériser les propriétés optiques des matériaux
    Grâce à l’exploitation de paires de photons intriqués, des physiciens de l'INPHYNI (Institut de physique de Nice) ont introduit le concept d’interférométrie quantique en lumière blanche et l’appliquent à la caractérisation ultra précise de propriétés optiques des matériaux.
  • Université Côte d’Azur et ses partenaires industriels créent une Chaire « Smart City : philosophie et éthique »
    Portée par la Fondation partenariale Université Côte d’Azur et par le Centre de Référence « Territoire intelligent, prévention et gestion des risques » installé à l’Institut Méditerranéen du Risque, de l’Environnement et du Développement Durable (IMREDD), la Chaire, signée le 3 mai dernier, vise à développer une expertise en matière de philosophie de la résilience et d’éthique appliquées à la Smart City.
  • Nos chercheurs retracent pour la première fois grâce à l’étude de ses mutations l'évolution d’un organisme modèle
    Les travaux de Gianni Liti de l’IRCAN avec ses collaborateurs de Strasbourg et du Genoscope sont parus dans la revue Nature du mois d’avril
  • Le dilemme de la bioéthique pour tous
    Les premiers débats publics organisés en préambule de la prochaine révision de la loi de bio-éthique touchent à leur fin partout en France. Retour sur celui qui était proposé aux étudiants d’Université Côte d’Azur le 20 avril dernier.
  • Mélanome : des progrès dans le traitement des cancers les plus résistants
    L’équipe de recherche dirigée par Corine Bertolotto et Robert Ballotti au Centre Méditerranéen de Médecine Moléculaire vient de mettre en évidence le rôle de l’enzyme NAMPT comme acteur clé de la plasticité et de la résistance aux inhibiteurs de BRAF des cellules métastatiques du mélanome. NAMPT apparaît comme une nouvelle cible rationnelle dans les cellules de mélanome résistantes aux thérapies ciblées et à l’immunothérapie. Ces travaux font l’objet d’une publication dans la revue « Genes and Development ».
  • Intelligence Artificielle : Nos portraits-robots sur les bancs de l’école
    Quelle place donner à l’intelligence artificielle dans la compréhension des mécanismes de l’apprentissage et dans la formation tout au long de la vie? Le salon Educazur Educpros qui s’est tenu dans les locaux d’Inria Sophia le 29 mars dernier a lancé des pistes de réflexion pour répondre à cette question, alors même que la France présentait son plan « AI for humanity ».
  • Deux bourses ERC pour le centre de recherche Inria Sophia Antipolis - Méditerranée
    George Drettakis (équipe GraphDeco) et Xavier Pennec (équipe Epione) sont tous deux lauréats d'une bourse européenne ERC (European Research Council) dans la catégorie Advanced.
  • La mission Juno mesure la profondeur des vents de Jupiter
    En mesurant le champ de gravité de la planète cent fois plus précisément que ce qui avait été fait jusqu’à présent et en le comparant à des centaines de milliers de modèles d’intérieur de la planète, il a été possible de montrer que ces vents s’étendent à 3000 km de profondeur, et que plus profondément la planète est en rotation uniforme. Ces découvertes permettent de comprendre enfin la dynamique des planètes gazeuses. Elles vont aussi permettre d’analyser pleinement les mesures de la sonde Juno pour contraindre la composition de l’intérieur de la planète. Ces résultats sont présentés dans trois articles de l’édition du 8 mars de la revue Nature.
  • Institut de Chimie de Nice : Dessine-moi une odeur !
    L’équipe « ChEmoSim » de l’Institut de Chimie de Nice, en collaboration avec l’Université de Duke aux Etats-Unis a établi un protocole de modélisation moléculaire capable de prédire la manière dont allait s’activer un récepteur olfactif face à une molécule. Le modèle a reproduit la réponse à la phéromone sexuelle du porc, l’androsténone, ouvrant la voie à la découverte du mécanisme microscopique de la perception des odeurs.
  • Dans le futur, la santé du cerveau ne tient qu’à un fil
    Les innovations médicinales ne se déclinent pas seulement sous forme pelliculée. À l’occasion de la semaine du cerveau sur la Côte d’Azur, qui s’est déroulée cette année du 9 au 19 mars, le CHU a organisé une journée spéciale santé du futur, au cours de laquelle il a été davantage question de fils conducteurs et chirurgicaux que de pharmacopée.
  • Une rupture n’est jamais facile… des modèles numériques éclaircissent le rôle du manteau sur la déformation de la croûte lors de la séparation des plaques tectoniques.
    Des chercheurs australiens et français viennent de mettre en évidence que le rôle du manteau est plus important que celui du mouvement des plaques en surface. Ils ont réussi à modéliser ce processus en 3D et à quantifier la magnitude de ces forces. Cette découverte parue dans la revue Geology du mois de février 2018 a également été mise à la une dans ce même journal.
  • Un nouveau mécanisme moléculaire de la maturation des neurones découvert à l'Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire
    La communication entre les cellules nerveuses qui composent le cerveau est un processus très complexe qui est à la base des fonctions cérébrales. L’établissement d’un réseau de neurones opérationnel nécessite que la quantité et la qualité des connections neuronales soient contrôlées lors du développement du cerveau. Dans une étude publiée le 22 février 2018 dans la revue Nature Communications, des scientifiques de l’Université Côte d’Azur ont dévoilé un processus nouveau qui s’avère essentiel pour le contrôle qualité des connections neuronales.
  • Université Côte d'Azur et Dalkia, partenaires au service de la performance énergétique
    Serge Burtin, Directeur Régional de Dalkia Méditerranée, Jean-Marc Gambaudo, Président d’Université Côte d’Azur, Emmanuel Tric, Président de l’Université Nice Sophia Antipolis, en présence de Pierre-Jean Barre, Directeur de l’Institut Méditerranéen du Risque, de l’Environnement et du Développement Durable (IMREDD), ont renouvelé ce vendredi 9 mars leur partenariat afin de poursuivre leur collaboration sur les enjeux énergétiques des territoires.
  • Projet Partita : pour la formation, le soutien et l'accompagnement des jeunes artistes
    Le projet Partita est développé depuis mars 2017 dans le cadre de l'Académie d'excellence "Homme, idées et milieux" du projet UCA Jedi. Ce programme basé sur la collecte des données, analyse les parcours sur la Côte d'Azur des artistes des arts vivants (théâtre, musique, danse, arts de la rue). Il a pour objectif d'améliorer la connaissance des trajectoires artistiques sur le territoire azuréen et de mettre en lumière les besoins des jeunes artistes en matière de formation initiale et continue, de financement, d'accompagnement et de soutien.
  • Edouard Philippe et Frédérique Vidal présents pour la pose de première pierre de l'IMREDD
    Le Premier Ministre et la Ministre de l'enseignement supérieur de la recherche et de l'innovation étaient présents à Nice le vendredi 2 mars pour la pose de la première pierre du futur bâtiment de l'IMREDD, l'institut méditerranéen du risque, de l'environnement et du développement durable. Livraison prévue en septembre 2019.
  • Victor Ambros, co-découvreur des micro ARN, invité d'honneur d'Université Côte d'Azur
    L’ARN, longtemps considéré comme une « simple » version imprimable de l’ADN, n’est pas qu’une copie lisible du code génétique permettant de synthétiser des protéines dans la cellule. Les formes courtes de cette molécule, appelées micro ARN et découvertes il y a maintenant 25 ans, révèlent un champ d’action considérable. Ces petits brins jouent en effet un rôle de premier plan dans les processus développementaux et dans de nombreuses maladies. Preuve en est, la communauté des chercheurs réunis sous la bannière du Labex Signalife a organisé, du 7 au 9 février dernier à Valrose, un colloque dédié aux travaux impliquant les multiples facettes des ARN. Le Dr.Victor Ambros, co-découvreur en 1993 de ces entités vedettes, était l’invité d’honneur de la manifestation.
  • La super-propulsion de gouttes et d’objets élastiques mises en évidence à l'Inphyni
    Lors de l’éjection par un engin de type catapulte, les gouttes et les solides élastiques peuvent être des projectiles plus efficaces que les objets rigides. C'est ce qu'a découvert une équipe de recherche de l'Institut de Physique de Nice (Inphyni). La compréhension de ce phénomène devrait permettre d’optimiser les transferts d’énergie pour les technologies balistiques.
  • CoBCom - les meilleurs spécialistes de l'imagerie cérébrale computationnelle réunis en colloque
    L’école d'hiver et atelier de travail "CoBCom" - Computational Brain Connectivity Mapping a réuni au mois de novembre dernier pendant 5 jours au Palais des congrès de Juan les Pins près de 120 participants venant de plusieurs pays.
  • Migraine : ces zones du cerveau que l’on croyait indolores
    Aurait-on cru à tort depuis 70 ans que certaines zones du cerveau étaient insensibles à la douleur ? C’est ce que laissent penser les résultats d’une équipe de chercheurs de l’Inserm, du CHU de Nice, d’Université Côte d’Azur et de l’hôpital St Anne à Paris. En collectant des observations de douleurs brèves lors de chirurgies du cerveau sur patients éveillés, les chercheurs ont pu observer que certaines structures, jusqu’alors considérées comme indolores, étaient à l’origine de sensations douloureuses lorsqu’elles étaient stimulées mécaniquement. Ces observations, publiées prochainement dans la revue Brain, ouvrent de nouvelles pistes à explorer dans le traitement des maux de tête et de la migraine en particulier.
  • Tara-Pacific : comment les coraux s'adaptent à l'acidification des récifs ?
    Le laboratoire de recherche sur le cancer et le vieillissement (IRCAN) participe à la mission océanographique Tara-pacific à bord de la goélette Tara qui est actuellement à Koror, la capitale de l'archipel des Palau. Trois scientifiques de l'IRCAN, accompagnés de collaborateurs du Centre Scientifique de Monaco (CSM), de l'Université de Lièges, de l'Université de Bar Ilan (Tel Aviv, Israel) et du LSCE (Gif-sur-Yvettes) essayent de comprendre comment les coraux peuvent s'adapter à une augmentation de l'acidification de l'eau, un phénomène qui se produit actuellement suite au réchauffement climatique et qui constitue une menace majeure pour la bonne santé des océans.
  • Ciblage de microARN oncogènes : vers de nouvelles chimiothérapies
    Des chercheurs de l’Institut de Chimie de Nice (CNRS-Université Côte d’Azur) et du Laboratoire ARNA (CNRS-INSERM-Université de Bordeaux) ont criblé une partie de la Chimiothèque Nationale, appelée Chimiothèque Essentielle, constituée de 640 composés, et ont découvert que certaines molécules inhibent la production de microARN oncogènes au niveau du cancer gastrique de manière sélective et induisent ainsi une inhibition de la prolifération des cellules cancéreuses. Ces travaux ont été publiés en février 2018 dans la revue Scientific Reports.
  • Université Côte d’Azur se dote d’un centre de créativité et d’innovation en sciences des odorants
    Le Centre de Créativité et Innovation en Sciences des Odorants est une structure "hors-les-murs" créée en 2017 pour répondre au besoin d’Université Côte d'Azur d'interfacer de façon plus efficace avec l'écosystème socio-économique Parfums Arômes Cosmétiques du territoire. Il est conçu sur le modèle des Centres de Références d’Université Côte d’Azur, avec une approche plus spécifique en relation avec un des grands enjeux locaux.
  • Première mondiale à l'interface entre la physique et les mathématiques.
    Qui n’a pas déjà eu la certitude, au cours de sa vie, qu’une de ses chaussettes avait véritablement disparu à l’issue de son séjour dans le panier à linge sale ?Le second principe de la thermodynamique, énoncé en 1824, donne corps à une telle ''disparition''en introduisant la notion d'entropie. Mais il aura fallu attendre 2017 pour qu'un chercheur d'Université Côte d'Azur, en collaboration avec le groupe de John Bechhoefer à Simon Fraser University, mesure pour la première fois l'objet entropie dans une expérience de physique.
  • David Simplot, nommé Directeur du centre de recherche Inria Sophia Antipolis – Méditerranée
    Nommé par Antoine Petit, PDG d’Inria, David Simplot a pris ses fonctions à la tête du centre de recherche Inria Sophia Antipolis - Méditerranée le 1er janvier 2018. Il succède à Gérard Giraudon, directeur du centre depuis juin 2006.
  • La sismicité induite par les injections de fluide permet de mieux comprendre pourquoi les ruptures sismiques s'arrêtent.
    Dans une étude publiée dans la revue Science Advances le 20 décembre 2017, une équipe constituée de chercheurs de Géoazur (UCA/CNRS/IRD/OCA), de CALTECH, et de KAUST est parvenue à modéliser la rupture sismique induite par une injection de fluide, et à comprendre pourquoi cette rupture dynamique s’arrête. Cette nouvelle étude s'appuie sur les observations de la sismicité induite pour faire progresser notre compréhension de la mécanique des tremblements de terre.
  • D’énormes bulles à la surface d’une étoile géante
    Le bouillonnement de la surface d’une étoile géante rouge a été observé pour la première fois de manière aussi détaillée. Sur la géante rouge π1 Gruis (1), les chercheurs ont observé des bulles de même nature que celles qui couvrent le Soleil, mais qui, même ramenées à la taille de l’étoile, sont 10 000 fois plus vastes. Ces résultats, publiés dans Nature le 20 décembre, ont impliqué en France des chercheurs du laboratoire Lagrange (CNRS/Observatoire de la Côte d’Azur/Université Nice Sophia Antipolis) et de l’Institut de planétologie et d’astrophysique de Grenoble* (CNRS/Université Grenoble Alpes).
  • Soirée-hommage aux lauréats de prix d'excellence : une année intensive en recherche
    Le 12 décembre dernier, Université Côte d'Azur organisait sa soirée d'hommage aux lauréats de la recherche. Plus de 70 enseignants-chercheurs, chercheurs, étudiants et artistes ont ainsi été récompensés pour leur contribution scientifique et artistique au plus haut niveau national et international. Retour en image sur cet hommage.
  • Le biocontrôle : une industrie en train de se constituer
    Hier le DDT, aujourd’hui le Glyphosate. Nul doute que demain, un autre produit phytosanitaire issu de l’industrie chimique mettra les consommateurs en alerte. Or, La France se distingue comme étant la première puissance agricole et un des premiers consommateurs de pesticides au niveau de l’Europe, ce qui la place dans une situation délicate. L’Institut Sophia Agrobiotech (ISA), pionnier dans les recherches pour le développement d’une protection alternative des plantes, entend devenir un centre de référence mondial dans le domaine des méthodes de biostimulation et le biocontole des cultures.
  • Les premiers résultats du satellite MICROSCOPE confirment la théorie d’Albert Einstein avec une précision inégalée
    Alors que la meilleure mesure du Principe d’équivalence n’avait pas été dépassée depuis 10 ans, les premiers résultats du satellite MICROSCOPE du CNES, équipé des accéléromètres de l’ONERA, permettent de faire aujourd’hui 10 fois mieux. Ils démontrent, avec une précision inégalée, soit 2.10-14, que les corps tombent dans le vide avec la même accélération. Le principe d’équivalence demeurant à ce stade inébranlable, il s’agit rien de moins que d’une nouvelle confirmation de la Relativité générale proposée par Albert Einstein il y a plus d’un siècle.
  • Les résultats du concours MICA 2017
    Ce concours photo était organisé par la plateforme MICA (Microscopie Imagerie Côte d'Azur) et soutenu par Université Côte d'Azur en partenariat avec l'Institut de Biologie du CNRS et les photothèques du CNRS et de l'Inserm. Les 6 lauréats de cette première édition ont été récompensés lors de l'hommage aux lauréats de prix d'excellence d'Université Côte d'Azur le 12 décembre prochain.
  • L’instrument MUSE sonde les profondeurs inexplorées du champ ultra-profond de Hubble
    Les astronomes utilisant l'instrument MUSE sur le Very Large Telescope (VLT) de l'ESO au Chili ont mesuré les distances et les propriétés de 1600 galaxies dont 72 nouvelles qui n’avaient jamais été détectées, même par le télescope spatial Hubble. Ce jeu de données révolutionnaire a donné lieu à dix articles scientifiques publiés dans un numéro spécial d'Astronomy & Astrophysics le 29 novembre 2017.
  • Alessio Figalli, médaille Fields 2018, premier « Docteur Honoris Causa » d’Université Côte d’Azur
    Jean-Marc Gambaudo a remis lors de la soirée des prix d'excellence, le premier diplôme de « docteur honoris causa » d'Université Côte d'Azur à Alessio Figalli, médaille Fields 2018, qui a débuté sa carrière au laboratoire de mathématiques JA Dieudonné.
  • Campagne en mer Ligure TELEPRESENCE menée par les étudiants en Master Sciences de la Terre et des Planètes, Environnement
    Du 1er au 7 décembre 2018, les étudiants en deuxième année du master Sciences de la Terre et des Planètes, Environnement mènent une campagne en mer au large de la côte Ligure déployant le dernier né des engins sous-marins de l’Ifremer : le H-ROV Ariane. Issue d’une collaboration multi-disciplinaire (télécommunication – géosciences - biologie) entre l’Ifremer et différentes universités, dont l’Université Nice Sophia Antipolis et Géoazur, la campagne en mer TÉLÉPRÉSENCE offre aux étudiants du master l’opportunité de monter de A à Z un projet de campagne en mer, au large de la côte Ligue, de Toulon à Menton.
  • Mission InSight : EduMed offrira les données sismologiques issues de la sonde aux communautés éducatives francophones
    La sonde spatiale, après un voyage de 6 mois, a touché le sol martien dans la plaine d'Elysium. L'objectif principal de cette mission est de mieux comprendre la formation et l'évolution des planètes telluriques, et plus particulièrement la nôtre. Les premières données publiques seront dévoilées dès la rentrée scolaire 2019 et publiées via la plateforme de l’Observatoire de l’Environnement Méditerranéen à but éducatif, EduMed du programme éducation de l’IDEX d’Université Côte d’Azur (http://edumed.unice.fr et https://insight.oca.eu).
  • A l’origine de l’asymétrie, une protéine qui donne le tournis
    L’asymétrie joue un rôle majeur en biologie, à toutes les échelles : enroulement en spirale de l’ADN, cœur positionné à gauche, préférence pour la main gauche ou la droite… Une équipe de l’Institut de biologie Valrose (CNRS/Inserm/Université Côte d’Azur), en collaboration avec des collègues de l’université de Pennsylvanie, a montré qu’une unique protéine induit le mouvement en spirale d’une autre molécule puis, par effet domino, la torsion des cellules, des organes et du corps entier, jusqu’à déclencher un comportement latéralisé. Ces travaux sont publiés dans la revue Science le 23 novembre 2018.
  • Le programme Ticelec du Gredeg séduit la Principauté de Monaco
    Ce projet qui vise à optimiser la consommation énergétique des ménages par une information en temps réel est dirigé par Nathalie Lazaric, Directrice de Recherche au GREDEG (Groupe de recherche en droit, économie et gestion). La Principauté de Monaco est très intéressée par sa mise en place pour l'ensemble des ménages de la principauté.
  • Microscope Electronique à Balayage : d’un infini à l’autre
    Les 12 et 13 novembre 2018, l’Observatoire de la Côte d’Azur a accueilli sur son site du Mont-Gros un workshop international dédié à la microscopie électronique à balayage (MEB), co-organisé avec la société ScienTec, distributeur d’équipements scientifiques. En partenariat avec les leaders mondiaux de ce domaine high-tech (COXEM, Oxford et Bruker), le workshop a donné lieu à des présentations, des démonstrations et des sessions pratiques de microscopie électronique à balayage avec les microscopes EM-30+, EM-30 AX+, et CX 200+ de COXEM associés aux systèmes d'analyses chimiques (EDS, WDS, EBSD) d'Oxford et de Bruker.
  • L'équipe de DL4T, vainqueur du premier Hackathon du barreau de Bruxelles
    Organisé par l’incubateur européen du barreau de Bruxelles, du 9 au 10 novembre, cet hackathon mettait en compétition pendant 24h des juristes et des ingénieurs pour développer un prototype d’application informatique destiné à faciliter le travail de l’avocat dans le domaine de la récupération de créance.Université Côte d’Azur, représentée par l'équipe DL4T - Deep Law for Technology, fait partie des trois gagnants de l’hackathon en présentant le prototype d’un software facilitant la récupération des créances transfrontalières par l’avocat.
  • « On sort complètement de la gamme des périodes douces que l’humanité sédentaire a connues pendant des centaines de milliers d’années »
    Entretien avec Valérie Masson-Delmotte, directrice de recherches au Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement (CEA) et co-présidente du chapitre paléoclimat du 4ème rapport du GIEC
  • Université Laval (Québec) et Université Côte d’Azur lancent le site web commun de leur collaboration
    Un partenariat privilégié entre Université Laval et Université Côte d’Azur a été initié depuis 2015 reposant sur une collaboration privilégiée et fructueuse associant enseignants, chercheurs et étudiants des deux côtés de l’Atlantique. Pour présenter ce partenariat, un site web commun a été créé dont le lancement officiel a été annoncé le vendredi 9 novembre 2018 lors de la clôture du Sophia Summit dédiée à l’intelligence artificielle et au cours duquel une délégation de l’Université Laval était invitée d’honneur.
  • Université Côte d’Azur présélectionnée pour recevoir un Institut Interdisciplinaire d’Intelligence Artificielle
    La candidature à un Institut Interdisciplinaire d’Intelligence Artificielle (3IA) portée par Université́ Côte d’Azur, le CNRS et Inria a été présélectionnée par un jury international ce mardi 6 novembre 2018 dans le cadre du programme national pour l’intelligence artificielle. Un projet détaillé devra maintenant être déposé avant le 15 janvier 2019, afin d’obtenir sa labellisation 3IA définitive. L’enveloppe globale dédiée est de 100 M€.
  • Fin de mission pour le satellite MICROSCOPE : l’exploitation des données bat son plein à Géoazur
    La mission MICROSCOPE débutée en 2016 et co-dirigée par Gilles Métris, astronome au laboratoire Geoazur, vient de s'achever en octobre 2018. L'objectif de la mission est de tester l'universalité de la chute libre ou principe d'équivalence avancé par Albert Einstein.
  • Séminaire sur l’analyse et la modélisation spatiales dans un environnement urbain
    Le 17 octobre 2018, le groupe inter-site « Complexité Urbaine et Réseaux » du laboratoire ESPACE a organisé un séminaire sur l’analyse et la modélisation spatiale dans les locaux de l’IMREDD, à Nice. Le séminaire a bénéficié de la présence du professeur Takashi FUSE (Département de Génie Civil de l’Université de Tokyo) et a vu la participation de quinze chercheurs de l’Université Côte d’Azur et d’Aix-Marseille Université.
  • Un laboratoire commun avec Thales Alenia Space
    L’Observatoire de la Côte d’Azur, le CNRS et l’Université Nice Sophia Antipolis créent un laboratoire de recherche commun, le Labcom, avec Thales Alenia Space, un des leaders de l'industrie spatiale. Les travaux de recherche communs porteront sur les missions spatiales et la recherche et développement technologique en particulier sur l'optique et le traitement des données.
  • Vers un partenariat large avec le Monell Chemical Senses Center
    L’accord de partenariat signé entre Université Côte d'Azur et le Monell, centre de recherche mondialement reconnu dans le domaine de l’odorat et du goût établi à Philadelphie aux Etats-Unis, va permettre aux deux établissements de renforcer et intensifier leurs collaborations. Cela confirme l’excellence de la recherche d’UCA dans ce domaine et son rayonnement à l’international.
  • Deep Law for Technology : quand le droit se met au service des nouvelles technologies
    Créer des normes juridiques pour répondre aux demandes des technologies émergentes : c'est l'ambition clairement affirmée du nouveau programme Deep Law for technology - DL4T d'Université Côte d’Azur. Le lancement officiel a eu lieu le 8 octobre 2018 au Palais Brongniart à Paris lors d'une matinale de travail, essentiellement tournée vers les entreprises du secteur et intitulée "Technonormativité IA et droit : enjeux et perspectives".
  • Une filière aux arômes et parfums de réussite
    Université Côte d’Azur a ouvert à la rentrée une formation « MSc Management de la filière arômes et parfums » pour répondre aux besoins en matière de formation de cette industrie en plein essor. Cette formation pluridisciplinaire et internationale basée à Grasse repose sur l’expertise conjointe de la recherche en chimie des substances odorantes, en droit et en marketing des différents membres d’Université Côte d’Azur.
  • Alessio Figalli, médaille Fields 2018
    Actuellement détaché à l'école polytechnique fédérale de Zurich, Alessio Figalli, médaille Fields 2018, a débuté sa carrière au laboratoire de mathématiques J.A Dieudonné. Ce spécialiste de la théorie du transport optimal laisse un excellent souvenir à ses collègues niçois.
  • 400 chercheurs en économie accueillis par Université Côte d'Azur
    Université Côte d'Azur a accueilli la 30ème conférence annuelle EAEPE (European Association for Evolutionary Political Economy) du 6 au 8 septembre 2018 sur le campus St jean d'Angély. Organisé par Nathalie Lazaric, Directrice de recherche CNRS au GREDEG et présidente de l’association, cet évènement a regroupé plus de 400 chercheurs de 30 pays différents. Le thème de la conférence invitait à revenir sur les fondements des théories évolutionnistes et leurs implications sur les politiques économiques pour aborder le changement climatique et les inégalités salariales, entre autres thèmes.
  • Université Côte d’Azur s’organise pour attirer et accueillir des chercheurs de renommée internationale
    Soutien financier, aide à l’installation : voici quelques uns des dispositifs mis en place depuis deux ans par Université Côte d’Azur et grâce à son Initiative d’excellence, pour attirer et accueillir dans les meilleures conditions possibles des chercheurs de renommée internationale.
  • Cinq nouveaux projets de recherche transdisciplinaire avec Université Laval (Québec)
    Ces projets de recherche transdiciplinaires conjoints entre les programmes Sentinelle Nord et IDEX d’UCAJedi recevront chacun un co-financement à la hauteur de 30 000 $ de Sentinelle Nord (UL) et de 20 000 € de l’IDEX (UCA), pour une période initiale d’un an, renouvelable selon la progression des collaborations suscitées.
  • La première technopole d’Europe s’impose pour accueillir un institut interdisciplinaire d’intelligence artificielle (3IA)
    Les acteurs académiques de Nice-Sophia Antipolis préparent une candidature à un institut interdisciplinaire d’intelligence artificielle (3IA) initiée par Université Côte d’Azur, le CNRS et Inria. Cette candidature répond au premier appel du plan intelligence artificielle lancé par Emmanuel Macron fin mars, suite à la remise du rapport Villani sur le sujet.
  • Biodiversité : les efforts de l’Union européenne doivent encore être renforcés
    Une nouvelle étude internationale menée par des chercheurs de 15 pays et dirigée par Sylvaine Giakoumi, chercheur au laboratoire ECOMERS (Université Côte d'Azur) montre que les efforts de l'Union européenne pour conserver la biodiversité des écosystèmes marins, dulcicoles et terrestres doivent être renforcés afin d'atteindre les objectifs fixés par la stratégie de l'UE en faveur de la biodiversité. L’étude est publiée au mois de juillet dans la revue scientifique Conservation Letters.
  • Penser ce que nous sommes dans la ville connectée
    À l'occasion du 7e salon azuréen Innovative City, UCA News a rencontré Laurence Vanin, Docteur en philosophie et directeur d’une nouvelle chaire d’excellence, unique en France, dédiée aux enjeux de la smart city et rattachée à l’Institut Méditerranéen du Risque de l’Environnement et du Développement Durable, membre d’Université Côte d’Azur.
  • Quels sont les indicateurs d’un tourisme durable ?
    Un séminaire de deux jours a réuni une vingtaine de personnes dans le Parc Naturel des Préalpes d’Azur les 24 et 25 mai derniers : chercheurs d'Université Côte d'Azur, stagiaires de masters de sept disciplines, acteurs du parc (directrice et chargés de mission, membres du conseil scientifique et du conseil de développement) afin de définir des indicateurs conçus comme outils d'aide à la décision pour co-construire des itinéraires de tourisme durable.
  • Patched, la molécule capable d’améliorer l’efficacité des chimiothérapies
    Une équipe de chercheurs de l'Institut Pharmacologique, moléculaire et cellulaire (Université Côte d'Azur) menée par Isabelle Mus-Veteau vient de montrer qu’une petite molécule appelée méthiothépine est capable d’inhiber la résistance de certaines tumeurs à la chimiothérapie. Ces résultats ont fait la couverture du numéro de l’International Journal of Cancer publié le 1er juillet 2018.
  • Retour sur le workshop Nice-Singapour dédié à l'optique et à la photonique
    Les 18 et 19 Juin 2018 s’est tenu au Saint-Paul à Nice un workshop Nice-Singapour sur la nano-photonique, l'optique quantique et l'optique non-linéaire dont l'objectif était de recenser les possibles collaborations entre les institutions scientifiques des deux villes.
  • L’énigme du temps résiste au temps
    Le colloque l’ère du temps, organisé les 7,8 et 9 juin, a réuni un large panel de disciplines autour du concept de temps. Si de prime abord l’évidence du temps ne fait aucun doute, il s’avère que sa réalité scientifique prête toujours à discussion.
  • ERC, IUF, Médailles CNRS : Université Côte d’Azur se place 6 ème regroupement universitaire
    Le ministère de l’enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation vient de publier les diagnostics stratégiques territoriaux des regroupements universitaires. Sur la carte des prix et récompenses scientifiques attribués, Université Côte d’Azur se place 6ème université française et deuxième université de région après l’Université de Strasbourg.
  • Les élèves de l'école Von Derwies expérimentent la physique
    400 élèves de l'école Von Derwies de Nice ont participé à une journée scientifique organisée par des chercheurs de l'Institut de physique de Nice (INPHYNI) et du laboratoire Lagrange le 7 juin dernier. Les jeunes scientifiques ont pu réaliser plusieurs expériences et comprendre ainsi quelques phénomènes de physique.
  • CareerEXPO Nice : les jeunes chercheurs à la découverte du monde des entreprises
    Seulement 6% des doctorants parviennent à obtenir un poste permanent dans la recherche académique, c’est pourquoi il est important d’aller explorer d’autres voies. Les doctorants en Sciences de la Vie et de la Santé d'Université Côte d’Azur ont décidé de prendre les choses en main et de partir à la découverte du secteur industriel en organisant la journée « CareerEXPO Nice 2018 » au mois de mars avec l’association IGBio, en partenariat avec l’IDEX UCA JEDI, les Labex Signalife et ICST, l’ED SVS 85 et l’AJC06.
  • Un management démocratique ne se résume pas au « bien-être » au travail
    En lisant les travaux de Thibault Le Texier, chercheur associé au GREDEG, membre d’Université Côte d’Azur, on se dit que si le monde de l’entreprise semble s’être considérablement métamorphosé, le management continue de se heurter aux mêmes écueils et à tendre vers le même but, jamais atteint : toucher à une organisation démocratique.
  • Découverte du premier corps du Système solaire d’origine extrasolaire
    L’astéroïde 2015 BZ509 est le tout premier corps du Système solaire dont l’origine extrasolaire est démontrée : une découverte étonnante réalisée par le chercheur du CNRS Fathi Namouni du laboratoire Lagrange et sa consœur brésilienne Helena Morais, publiée le 21 mai 2018 dans MNRAS.
  • Grisés de science
    Succès confirmé pour la seconde édition du festival Pint of science, qui s’est déroulée du 14 au 16 mai à Nice.
  • Entretien avec Nathalie Gauthard, enseignante-chercheuse en anthropologie des arts vivants
    Professeure en Ethnoscénologie à Université Côte d'Azur, Nathalie Gauthard évoque les origines et le rôle du Carnaval de Nice, plus grand carnaval de France. Sur le thème du Cinéma, l’édition 2019 débutera le 16 février et s’achèvera le 28 février, sous les cendres du Roi.
  • Deux chercheurs de l'Observatoire de la Côte d'Azur en Antarctique pour préparer l’observation d’exoplanètes
    Djamel Mékarnia et Karim Agabi, du laboratoire Lagrange ont débarqué en Antarctique le 22 novembre dernier pour un séjour de plus de deux mois dans la base Concordia. Elle se situe sur le Dome-C, un très vaste dôme de glace culminant à 3233 mètres et se trouve à une distance de 1 100 km de la base côtière française Durmont d’Urville.
  • X-Fragile : un syndrome qui ne touche pas que le cerveau
    Une nouvelle étude, réalisée en étroite collaboration entre une équipe de l’IPMC, l’iBV (1) et des collaborateurs européens, décrit pour la première fois en détails les effets périphériques de la mutation responsable du syndrome de l'X-Fragile.
  • Séisme de magnitude 7,5 en Indonésie : une vitesse de propagation inhabituelle
    Une équipe internationale, coordonnée par Jean-Paul Ampuero, sismologue à l’IRD et à Université Côte d’Azur a déterminé à 4,1 km/seconde sur plus de 150 km, la vitesse de propagation du séisme de magnitude 7,5 survenu en Indonésie en septembre 2018. Ces résultats issus d'une équipe internationale de chercheurs de l’IRD, d’Université Côte d’Azur (UCA), de l’Université de Californie à Los Angeles et de l’Institut de Technologie de Californie, apportent également un éclairage sur le trajet de la faille et sont publiés dans la revue Nature Geoscience le 4 février 2019.
  • La première Winter School sur les maladies rares organisée par l’EUR NGLS « Mitochondria in Health and Disease »
    La première Winter School de l’EUR « Next Generation Life Scientists - NGLS», intitulée : « Mitochondria in Health and Disease », s’est déroulée du 17 au 21 décembre 2018 dans l’amphithéatre « le Galet », à l’hôpital Pasteur. Elle résulte d’une collaboration entre l’IRCAN Institut de Recherche sur le Cancer et Vieillissement (UCA) et le Centre de Référence des maladies mitochondriales de l’enfant à l’adulte (CHU de Nice).
  • Jean-Philippe Nabot est nommé Président du centre Inra Provence-Alpes-Côte d’Azur
    L’Institut National de la Recherche Agronomique, partenaire privilégié d'Université Côte d’Azur, a désigné Jean-Philippe Nabot comme successeur de Michel Bariteau, parti en retraite fin décembre 2018. Anciennement Délégué Régional à la Recherche et à la Technologie en Provence-Alpes-Côte d’Azur, Jean-Philippe Nabot travaille depuis longtemps avec les partenaires académiques et institutionnels du territoire et connait déjà bien les projets structurants de l'Institut Sophia Agrobiotech de Sophia Antipolis.
  • Entretien avec André Quaderi, psychologue clinicien
    Baptisé "Blue Monday", le 21 janvier est le jour le plus déprimant de l'année. Nous avons demandé au Professeur André Quaderi, psychologue clinicien et psychothérapeute EMDR, d'évoquer cet état familier et pourtant bien particulier qu'est la déprime.
  • Une ville intelligente pour anticiper, se rêver et se relever
    La transformation des villes, avec l’explosion des découvertes techniques ces 50 dernières années, rend-t-elle paradoxalement les populations plus vulnérables aux traumatismes ? Dans l’affirmative, comment devrions-nous penser la « ville intelligente » pour y remédier ? À travers ces interrogations, le neuro-psychiatre Boris Cyrulnik, invité de l’IMREDD dans le cadre de la Chaire : « Smart City et Éthique » le 10 décembre dernier, étend la question de la résilience, concept qu’il a largement contribué à médiatiser, à la construction des « smart cities ».
  • Vous avez un projet de culture scientifique ? Candidatez à l'appel d'offre 2019
    Cet appel d’offre a pour objectif de soutenir des actions en faveur de la diffusion de la culture scientifique et technique mises en œuvre en 2019 (expositions, conférences, éditions scientifiques...) par des membres des laboratoires d’Université Côte d’Azur mais aussi par les associations de médiation culturelle. La date limite de dépôt des dossiers est fixée au 18 janvier 2019.
  • Vers un traitement de la migraine ?
    L'équipe de Guillaume Sandoz à l'Institut de Biologie Valrose a mis en évidence un nouveau mécanisme lié à l’apparition de la migraine. En effet, une mutation génétique induit le dysfonctionnement d’une protéine normalement capable d’inhiber une activité électrique provoquant des crises migraineuses. Leurs résultats, publiés dans la revue Neuron le 17 décembre, ouvrent la piste pour l’élaboration d’antimigraineux.
  • La recherche en radiothérapie se structure
    La fédération Claude Lalanne a pour objectif de structurer la recherche en radiothérapie entre les laboratoires de recherche d'Université Côte d'Azur et le pôle de radiothérapie du Centre Antoine Lacassagnede Nice. Cette structure unique permet aux deux établissements une mutualisation des compétences et des ressources par le regroupement de différents chercheurs ayant comme dénominateur commun le traitement par radiations ionisantes et la mise en application les résultats de ces recherches au bénéfice du patient.
  • L'excellence récompensée
    Université Côte d’Azur a rendu hommage, le lundi 10 décembre 2018 dans l’amphithéâtre « Le Galet » du CHU Pasteur 2, à ses nombreux enseignants-chercheurs, chercheurs, étudiants et artistes qui ont été, au cours de l’année 2018, récompensés par des prix prestigieux pour leur contribution scientifique et artistique au plus haut niveau national et international.
  • Deuxième succès pour le SophIA Summit
    Plus de 510 personnes ont participé à la seconde édition de Sophia Summit qui s'est déroulée du 20 au 22 novembre. Pendant 3 jours, des conférences scientifiques internationales ont été proposées pour aborder le thème de l'intelligence artificielle sous différents aspects : santé, éthique, smart cities, etc. Cette deuxième édition s'est clôturée par le lancement officiel de l'Institut d'Intelligence Artificielle Côte d'Azur.
  • La plus vieille colle du monde utilisée de la Préhistoire jusqu’aux Gaulois
    Des chercheurs du laboratoire Cultures et environnements, préhistoire, antiquité, Moyen Âge (CEPAM) ont montré que la plus ancienne colle du monde, le brai de bouleau, a été utilisée jusqu'à l'antiquité tardive. Ces travaux ont été publiés dans la revue Antiquity au mois de novembre 2019.
  • L’amie ? La mie ? Comment notre cerveau différencie les homophones
    Des psycholinguistiques du laboratoire Bases Corpus Langage d'Université Côte d'Azur et du Laboratoire de psychologie et de neurocognition d'Université Grenoble Alpes ont montré que deux mots qui se prononcent de la même manière mais qui n'ont pas le même sens (homophones) sont bien compris par notre cerveau grâce à la durée et à l'intonation de la première syllabe, même en l'absence de contexte.
  • La mission HERA financée !
    La mission HERA, dont l'objectif est de travailler à la défense de la planète contre les impacts d'astéroïde, va être financée par l'Agence Spatiale Européenne (ESA). Dans cette mission, des chercheurs du laboratoire Lagrange (CNRS-UCA-OCA) sont impliqués : Patrick Michel, Directeur de recherche CNRS, aura la responsabilité scientifique de cette mission et Benoît Carry, Astronome, sera membre de l'investigation team.
  • Géoazur est sur le terrain après le séisme de Teil (Ardèche)
    Lors du séisme de magnitude 5 qui a touché la ville de Montélimar le 11 novembre dernier, une équipe de Geoazur s'est immédiatement rendue sur le terrainpour contribuer à l'effort national de compréhension rapide de ce séisme.
  • Pose de la première pierre du bâtiment de l’Institut de Physique de Nice
    La première pierre de l’Institut de Physique de Nice (INPHYNI), haut lieu de la recherche en physique, a été symboliquement posée le jeudi 14 novembre en présence des principaux porteurs du projet et financeurs. Ce projet, porté par Université Côte d’Azur et le CNRS, et financé dans le cadre du Plan Campus Prometteur et du Contrat de Plan Etat Région, accueillera d’ici l’été 2021, plus de 130 personnes dans un bâtiment exemplaire sur les plans technique, énergétique et environnemental.
  • Maureen Clerc, nommée directrice du centre de recherche Inria Sophia Antipolis - Méditerranée
    Maureen Clerc a pris ses fonctions à la tête du centre de recherche Inria Sophia Antipolis - Méditerranée le 8 novembre 2019. Nommée par Bruno Sportisse, PDG d’Inria, elle succède à David Simplot, qui a dirigé le centre jusqu'à octobre 2019. Celui-ci prend la direction du 3IA Côte d’Azur ainsi que la responsabilité du développement de l’offre nationale Inria en matière de formation continue vers les entreprises sur les technologies numériques
  • Les recherches de Laurent Counillon et de son équipe à l'honneur dans Physiological reviews
    Laurent Counillon, Directeur du Laboratoire de Physiomédecine Moléculaire et de l’Ecole Universitaire de Recherche LIFE vient de publier un article de référence dans les prestigieuses Physiological Reviews. Il s’agit d’un journal américain de très haut facteur d’impact qui s’adresse aux physiologistes, neuroscientifiques, biologistes cellulaires, biophysiciens et cliniciens s'intéressant particulièrement à la physiopathologie.
  • Lancement de l’Observatoire Stratégique des Mondes Méditerranéens
    Porté par Université Côte d’Azur, Aix-Marseille Université, l’Université de Toulon, Science-Po Aix et avec le soutien du Ministère des Armées, cet observatoire a été officiellement lancé le 18 octobre dernier à l’Université de Toulon. L’objectif de l’OS2M est de favoriser la synergie de ces différents acteurs pour permettre une meilleure compréhension des enjeux de cette région stratégique.
  • Vers une économie bleue équitable et durable
    Des chercheurs du laboratoire ECOSEAS se sont associés à d’autres chercheurs de renommée internationale pour publier dans la revue Nature Sustainability le 14 octobre une tribune pour sensibiliser les décideurs politiques au développement d’une économie bleue durable sur le plan environnemental et socialement équitable.
  • Enquête sur la gestion et le partage des données de la recherche
    Vous faites de la recherche au sein d’Université Côte d’Azur ? Dans le cadre du Plan national pour la science ouverte et de l’Open Access Week, vos pratiques de gestion des données de la recherche nous intéressent.
  • Pourquoi déposer dans l’archive ouverte HAL Université Côte d’Azur ?
    Connaissez-vous Hal Université Côte d’Azur, archive ouverte de notre université ? La plateforme accueille la production scientifique déposée par les chercheurs et les enseignants-chercheurs de l’université.
  • Méditerranée Mer Vivante : 20 ème édition
    L'ouvrage "Méditerranée, Mer vivante" - 20 ème édition vient de paraitre. Plus de 50 auteurs, pour la plupart des chercheurs du laboratoire Ecoseas, ont collaboré bénévolement, pour réaliser cet ouvrage devenu une référence sur l'état de la biodiversité marine devant les côtes françaises de la Méditerranée.
  • Welcome Center pour l’accueil des chercheurs et doctorants internationaux
    Outil essentiel pour l’attractivité internationale d’Université Côte d’Azur, le Welcome Center accueille et accompagne, depuis septembre 2016, les chercheurs et doctorants internationaux dans leur installation sur la Côte d’Azur en leur proposant un service de logement et d’aide à l’installation administrative. Tous les membres d’Université Côte d’Azur et partenaires de l’IDEX peuvent y avoir recours.
  • Réinitialiser la polarité cellulaire sous l’effet de la lumière
    Une perte de la polarité cellulaire, associée au processus métastatique, est fréquemment observée dans les tumeurs avancées. Comment un nouveau site de polarité est-il établi dans une cellule déjà asymétrique, processus critique dans un environnement dynamique ? Par une approche d’optogénétique, dans laquelle la lumière est utilisée pour contrôler finement la distribution de la GTPase Cdc42 des chercheurs de l'Institut de Biologie Valrose et de l'Institut de Physique de Nice révèlent qu’un recrutement transitoire à l’ensemble de la membrane plasmique de la protéine Cdc42 constitutivement activée a pour résultat la formation de novo d’un cluster de vésicules de sécrétion, hautement dynamique, en absence de croissance directionnelle. Ces travaux sont publiés dans la revue Cell Reports au mois d'août 2019.
  • Hommage à Patrice Francour
    Patrice Francour, Professeur des universités et directeur pendant 10 ans du laboratoire ECOMERS, est décédé le 13 octobre des suites d'une longue maladie. Passionné par la biodiversité marine et les poissons côtiers en particulier, il aura été un collègue extrêmement investi pour le développement de l'Université tant sur le plan de la formation que de la recherche.
  • Sécurité informatique : une époque bénie pour les attaquants
    De passage « à la maison », sur le site sophipolitain d’Inria, l’informaticien Gérard Berry, médaille d’or du CNRS, Professeur au Collège de France et membre de l’Académie des sciences a remis en question la viabilité de l’internet des objets. « À ce rythme, la ville intelligente n’est pas prête d’exister et c’est mieux comme ça », affirmait-il, le 18 septembre dernier, au Learning Centre du campus SophiaTech.
  • Maladie d’Alzheimer : un nouveau mécanisme permet de mieux comprendre l’instabilité des circuits neuronaux
    Dr Paula Pousinha, Maitre de conférence au sein de l’équipe des Drs Hélène Marie et Jacques Barik à l’Institut de Pharmacologie moléculaire et cellulaire d’Université Côte d’Azur, vient de mettre en évidence un nouveau mécanisme impliqué dans l’instabilité des circuits neuronaux contribuant ainsi à la perturbation des processus de mémorisation. Ce mécanisme pourrait participer au déclenchement des troubles de mémoire dans la maladie d’Alzheimer. Ces résultats sont publiés le 8 octobre dans la revue Cell Reports.
  • Des modèles numériques reproduisent la formation des réseaux réguliers de fractures-diaclases
    En 2011, les études expérimentales et géologiques dans le cadre du consortium pétrolier GeoFracNet ont mis en évidence pour la première fois que les fractures les plus courantes sur Terre, les diaclases, se forment à partir des bandes dilatantes pures de la localisation de la déformation (1,2,3). Le mécanisme physique de ce phénomène n’était cependant pas encore compris. Les travaux théoriques et numériques d’Alexandre Chemenda, enseignant-chercheur Université Côte d'Azur à Géoazur (UNS, CNRS, OCA, IRD) ont permis d’élucider et de reproduire, dans des modèles numériques, chaque étape du processus de cette fracturation. Les résultats de ces travaux viennent de paraitre dans Journal of Geophysical Research: Solid Earth du mois de juillet 2019.
  • Nice, berceau de l'apnée mondiale
    Alors que se sont déroulées à Villefranche sur Mer les mondiaux d'apnée du 9 au 15 septembre 2019, peu de personnes savent que le premier championnat a été organisé à Villefranche sur Mer de l'initiative d'un professeur de sport de la faculté des sciences du sport, Claude Chapuis. Rencontre avec ce champion, toujours passionné d'apnée.
  • Le jeu de cache-cache des astéroïdes riches en fer.
    Une équipe internationale de chercheurs démontre que la trop faible présence de corps riches en fer dans la ceinture principale d’astéroïdes du système solaire n’est qu’apparente. Leurs résultats ont d’importantes implications sur notre compréhension des propriétés et de l’histoire des astéroïdes riches en fer, témoins des processus de différenciation opérant très tôt lors de la formation du Système Solaire, ainsi que des paysages que la mission Psyche (NASA) découvrira sur l’astéroïde Psyche qu’elle visitera en 2026. Ils s’appuient sur des expériences d’impact à haute vitesse de projectiles rocheux ou hydratés sur des cibles d’acier et des météorites de fer et font l’objet d’une publication dans la revue Science Advances.
  • Classement de Shanghai 2019 : Une année de transition pour Université Côte d’Azur
    Le classement de Shanghai des meilleures universités mondiales est paru le jeudi 15 août. Université Côte d’Azur qui va se substituer à l’Université Nice Sophia Antipolis à partir du 1er janvier 2020, n’apparaît pas encore dans ce classement de Shanghai 2019. La création d’Université Côte d’Azur, entérinée par décret le 26 juillet dernier, permettra à la Côte d’Azur de se positionner parmi les universités de rang mondial.
  • La différence entre les sexes se lit aussi dans l’intestin
    Bruno Hudry de l’Institut de biologie Valrose (Université Côte d'Azur) et ses collaborateurs du laboratoire Plasticité du cerveau (CNRS/ESPCI Paris) ont mis en évidence les mécanismes impliqués dans les différences entre les sexes. Les chercheurs ont montré que l’intestin possède donc une « identité sexuelle » complexe, qui induit des propriétés physiologiques distinctes entre les sexes, qu’il est aujourd’hui nécessaire de mieux prendre en compte dans la recherche fondamentale et clinique.
  • Les outils algorithmiques d’aide à la décision au service de la Justice
    La mission de recherche Droit et Justice vient de publier un rapport sur le thème de la justice et du numérique. Lêmy Godefroy, maitre de conférences au Groupe de Recherche en Droit, Economie, Gestion (GREDEG) a participé à la rédaction de ce rapport qui montre comment les outils algorithmiques d’aide à la décision transforment le droit et la justice et bouleversent la prise de décision.
  • De nouveaux mécanismes pathologiques du syndrome de l'atrophie optique humaine dévoilés
    L’équipe de Michèle Studer, Directrice de Recherche Inserm à l’Institut de Biologie Valrose, en collaboration avec deux équipes des universités de Madrid et Séville, vient de générer un modèle de souris mutantes qui recrée le syndrome de Bosch-Boonstra-Schaaf (BBSOAS), maladie neuro-développementale qui associe une atrophie optique à une déficience intellectuelle. Ces travaux sont publiés le 18 juillet dans la revue EMBO Molecular Medicine.
  • INPHYNI et la communauté scientifique azuréenne endeuillés par le décès de Marc De Micheli
    C’est avec une profonde tristesse que nous avons appris le décès de Marc De Micheli survenu hier, 9 juillet 2019, suite à un accident vasculaire cérébral foudroyant.Directeur de Recherche au CNRS, membre du Laboratoire INPHYNI (CNRS – UNS/UCA), Marc De Micheli a toujours œuvré pour le développement et la reconnaissance de notre université avec un grand professionnalisme et un dévouement sans limite. Son implication dans le Conseil Académique de notre Université ces dernières années a été totale et il a toujours su apporter une bienveillance et un regard avisé sur tous les projets et sujets qui étaient débattus au sein de nos instances.
  • Covid-19 : lancement d’une enquête internationale sur la perte de l’odorat et du goût
    Beaucoup de patients atteints par le Covid-19 connaissent une perte du goût et/ou de l’odorat. Plus de 500 chercheurs et chercheuses originaires de 38 pays se sont regroupés au sein du Consortium mondial pour la recherche chémosensorielle (ou GCCR pour Global Consortium for Chemosensory Research) pour étudier ce phénomène. Ce regroupement est coordonné par Jérôme Golebiowski, Professeur à Université Côte d'Azur.
  • Dans la vague…
    Une illustration mathématique simple de la propagation du virus SARS-CoV-2 révèle une mécanique difficile à contrer.
  • Réseaux sociaux et confinement : l'illusion d'être avec autrui ?
    En période de confinement, les interactions avec les autres passent plus que jamais par les réseaux sociaux. Bertrand Cochard, docteur en philosophie au CRHI, tentait déjà il y a plusieurs mois de décrire les écueils du numérique dans nos relations avec autrui.
  • COVID-19 : la piste du goût et de l'odorat
    De récentes études font état de nouveaux symptômes susceptibles d'alerter sur une infection au COVID-19. Parmi eux, la perte du goût et de l'odorat.
  • Psychologie du confinement
    Le confinement, décidé pour réduire la mortalité liée à l'infection au COVID-19, nous affecte à des degrés divers.
  • Faut-il penser le monde sous le prisme du catastrophisme ?
    Grégori Jean revient sur le concept de catastrophisme en philosophie et nous explique en quoi cette idée peut nous aider à appréhender l'avenir
  • La pollution de l'air, un facteur déterminant dans la surmortalité associée au COVID-19 ?
    La pollution de l'air pourrait jouer un rôle dans les disparités géographiques observées dans la mortalité associée au COVID-19. Au coeur de cette pollution, on trouve les "particules fines". De quoi s'agit-il ? Le Dr Rémy Collomp, du Laboratoire de Soins Pharmaceutiques et de Santé Publique (L2SP), Pôle Pharmacie Stérilisation CHU de Nice, nous explique les phénomènes en jeu.
  • Améliorer l’ergonomie du travail sur écran
    Travailler intensivement devant un écran de visualisation peut engendrer des troubles de la santé tels que fatigue visuelle, troubles musculo-squelettiques et stress. Voici quelques conseils en videos pour adapter votre posture.
  • Comment tirer parti d’un modèle simple
    Pour nous aider à pallier nos lacunes mathématiques et à appréhender les courbes diffusées en masse par les médias, André Galligo, Professeur émérite de mathématiques au LJAD, nous fournit quelques bases de lecture (https://math.unice.fr/~galligo/)
  • Crise du COVID 19 : Ce que les économistes savent et ce qu’ils vont apprendre
    Beaucoup de questions sur les conséquences économiques de la crise sanitaire du COVID 19, ainsi que sur les mesures de politiques économiques qui pourraient en limiter le coût humain et social, se posent aujourd’hui. Flora Bellone, Professeur d‘Economie à Université Côte d'Azur, chercheur au Groupe de recherche en droit, économie et gestion (GREDEG), répond à nos questions et met en perspective les programmes de recherche au sein de UCA qui entrent en résonance avec ces questionnements.
  • La Maison de l'Intelligence Artificielle est inaugurée
    La Maison de l'Intelligence artificielle portée collectivement par le département des Alpes Maritimes, Université Côte d'Azur, la Communauté d'Agglomération de Sophia Antipolis et la chambre de commerce et d'industrie a été inaugurée le mardi 10 mars. Cet espace unique en France et en Europe permettra de présenter aux entreprises, aux scolaires et au grand public en général les réalisations autour de l'I.A.
  • Les quatre bienfaits de la distance sur le travail
    Confinement, distance d’un mètre, elbow bump, télétravail, cours à distance… toutes ces mesures barrières pour répondre à la crise du coronavirus ont bousculé brutalement notre quotidien et modifié nos interactions sociales.
  • Un circuit photonique silicium pour les systèmes de communication quantique de demain
    Grâce aux compétences en photonique intégrée sur silicium du Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies - C2N et en photonique quantique de l’Institut de Physique de Nice – INPHYNI, des physiciens ont mis au point une nouvelle architecture de puce photonique en silicium. Ce type de circuit, adapté au standard des systèmes classiques actuels, pourrait avantageusement équiper les réseaux de communication quantique de demain.
  • Pas de vaccin ou de nouveau médicament sans recherche en biologie
    Face à une crise épidémique, la stratégie la plus efficace pour aider les malades semble bien être de reconvertir l’usage d’un médicament déjà commercialisé. Néanmoins, trouver le meilleur candidat nécessite avant tout de bien cerner la biologie du virus. C’est par ailleurs grâce aux études menées dans les laboratoires de recherche qu’un vaccin ou un nouveau médicament pourra peut-être à terme voir le jour. Trois scientifiques du Centre méditerranéen de médecine moléculaire (C3M) reviennent avec nous sur l’épidémie de COVID-19.
  • Regards sur l'état d'urgence
    La France vient d’entrer dans l’état d’urgence sanitaire avec le titre I de la loi du 23 mars 2020 d’urgence pour faire face à l’épidémie de Covid 19, parue au Journal officiel du 24 mars. Le Premier ministre l’a présenté comme structuré sur le modèle de l’état d’urgence de droit commun. De quoi s’agit-il ?
  • Comment la crise du coronavirus est en train de changer le monde du travail?
    La date du jeudi 12 mars 2020 restera dans l’histoire comme étant le jour où un pays tout entier a été sommé de basculer dans le télétravail. Du jour au lendemain, de nombreux travailleurs ont dû adopter cette pratique et ce, dans les pires conditions. Impréparation des services supports des administrations et des entreprises, improvisation sur les outils à utiliser, lenteur des connexions Internet, présence des enfants à la maison et à cela, il faut ajouter un contexte anxiogène rarement rencontré.
  • La continuité pédagogique : Un remède ou un poison en période de crise ?
    Le confinement annoncé par le discours du Président de la République s’est accompagné de la volonté d’assurer une continuité pédagogique, continuité à distance puisque toutes les institutions scolaires, de l’école à l’université, sont fermées jusqu’à nouvel ordre. Sa mise en place, dans l’urgence, ne signifie pas que l’on ne pourrait pas construire, en cours de route, et selon la durée du confinement, le sens que celle-ci pourrait prendre. Nous proposons une réflexion courte sur la qualité de ce dispositif.
  • Une plateforme collaborative pour aider les médecins généralistes au diagnostic du Covid-19
    Avec le soutien de la Direction des Systèmes d’Information, le département d’enseignement et de recherche en médecine générale d’Université Côte d’Azur a mis en place une plateforme pour aider les médecins généralistes à diagnostiquer leur patients atteints de coronavirus. Cette plateforme est alimentée au fur et à mesure par les médecins permettant ainsi de faire remonter certains symptômes nouveaux.
  • Liberté, égalité, fraternité à l’épreuve du COVID-19
    Difficile d’évoquer la recherche médicale sans parler de la pandémie mondiale du Coronavirus (SARS-CoV-2), COVID-19, qui nous frappe. Mais que dire de plus que ce qui est déjà entendu, lu, consultable.
  • Lorsque je doute de ma liberté
    Alors que la restriction de liberté renforce notre sentiment d’impuissance, comment nous réassurer ? Sandrine Montin nous invite à renouer avec la poiesis des Grecs et à soigner notre regard sur l’autre.
  • "Si vous voulez savoir l’évolution d’une épidémie, vous avez besoin d’un modèle mathématique"
    Fernuando Peruani, avec un collaborateur et un étudiant en thèse, est actuellement en train de modifier et d’adapter un modèle mathématique épidémiologique qu’il avait développé il y a des années. Il cherche à décrire l’évolution du covid-19, et à prédire cette évolution dans différentes situations hypothétiques, afin par exemple d’évaluer l’impact de différentes mesures qui seraient prises pour tenter de freiner et d’enrayer l’épidémie.Toujours en phase recherche, leur objectif n’est pas simplement d’observer la croissance exponentielle et de mesurer le taux de croissance de l’épidémie dans cette phase, mais de comprendre l’évolution temporelle de l’épidémie. Ils espèrent déterminer le maximum de personnes contaminées, la durée de l’épidémie, le nombre de personnes qui auront été touchées par le virus à la fin de l'épidémie, l’effet d’isolation, etc.Le chercheur, en poste au Laboratoire Jean Alexandre Dieudonné, nous explique pourquoi l'utilisation de modèles mathématiques est pertin
  • Le Covid-19, un « tsunami » ?
    Gilbert Reinisch, de l'Observatoire de la Côte d'Azur, montre au moyen d’une seule équation qu'on peut illustrer la progression actuelle de l’épidémie de covid-19. Il explique pourquoi la forme de cette évolution a d’abord suscité l’incrédulité publique face au danger. Un peu comme on ne voit pas venir un tsunami dans l’océan. Néanmoins, la France semble avoir pris les mesures nécessaires in extremis pour tempérer l’explosion du nombre de victimes.
  • Comment pratiquer une activité physique en période de confinement ?
    Depuis l’annonce des restrictions de circulation appliquées à une majorité de français le 16 mars dernier, nous sommes contraints de rester chez nous, autorisés à ne sortir que pour des motifs bien précis. Alors comment rompre la sédentarité que nous impose cette période de confinement ? Fabienne d'Arripe-Longueville, Directrice du Laboratoire Motricité Humaine Expertise Sport Santé sur le campus STAPS, membre de l’EUR HealthY Ecosystèmes des sciences de la santé, et Serge Colson, Vice-Président Politique Sportive d’Université Côte d’Azur répondent à nos questions.
  • Organiser l’apprentissage en famille dans un contexte de confinement
    En quelques jours notre vie a été bousculée. D’une organisation familiale et professionnelle avec des rythmes bien établis, nous avons dû tout réajuster : les temps de travail, les temps d’apprentissage et de loisir, ceci sous la contrainte du confinement. Pour les élèves du primaire et du secondaire, ce réajustement interpelle tant les enseignants que les parents sur la manière d’organiser la journée de travail et le type d’accompagnement à apporter à leurs enfants. Margarida Romero, Directrice du Laboratoire d’Innovation et Numérique pour l’Éducation (LINE) à Université Côte d'Azur (Institut national supérieur du professorat et de l'éducation) nous donne de précieux conseils pour bien s'organiser.
  • L’Institut Méditerranéen, du Risque de l’environnement et du développement durable (IMREDD) est inauguré
    Le nouveau bâtiment de 5000 m2 situé dans la technopole Nice Méridia, a été inauguré vendredi 14 février par Frédérique VIDAL, Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Renaud MUSELIER, Président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Président de Régions de France, Christian ESTROSI, Maire de Nice, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur, Président délégué de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Jeanick BRISSWALTER, Président d’Université Côte d’Azur.
  • Enrichir son environnement pour stimuler le système immunitaire
    Nous sommes confrontés à une période de confinement et une crise sanitaire due à la pandémie de COVID19. Quelle attitude adopter face à l’arrivée de cette vague ? Doit-on céder à la peur ? Nous passerons en revue les effets d’un stress négatif chronique qui peut être occasionné par la peur. A l’inverse, des études récentes montrent les effets bénéfiques d’un stress positif occasionné par un enrichissement de l’environnement sur la plasticité cérébrale et l’immunité. Comment utiliser au mieux les fonctions de notre organisme pour bénéficier d’une santé optimale et de meilleures capacités d’adaptabilité face au virus ? Et comment enrichir son environnement en étant confiné ?
  • Des biologistes, quelques briques LEGO®, une créativité étirée à l’infini
    Une équipe de chercheurs de l’Institut de recherche sur le cancer et le vieillissement (Inserm/CNRS/Université Côte d’Azur), a eu l’idée d’utiliser des briques de LEGO® pour concevoir un nouveau système d’étirement permettant de simuler certaines contraintes mécaniques que subissent les cellules au sein de l’organisme. Ces travaux ont été publiés dans la revue Journal of Cell Science le 28 janvier.
  • Les vertus thérapeutiques du bon son
    Université Côte d'Azur, le Centre Mémoire de Ressources et de Recherche et le CHU de Nice a organisé du 22 janvier au 2 février la première édition niçoise de la semaine du son de l'Unesco. Rencontre avec les organisateurs.
  • Mitodrug : un projet stratégique de l’Association Française contre les Myopathies (AFM) pour traiter les cardiopathies d’origine mitochondriale
    Deux équipes de recherche d'Université Côte d'Azur ont reçu un financement important de la part de l'AFM pour travailler sur les maladies mitochondriales dans le cadre du projet Mitodrug.
  • Mieux comprendre le fonctionnement de la protéine EFA6
    Les travaux de l'équipe d'Eric Macia, Maitre de conférences à l'Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire, ont permis de mieux comprendre le mécanisme d'action de la protéine EFA6 au niveau cellulaire, une protéine qui joue un rôle essentiel dans la formation et la fonction de certains tissus épithéliaux (rein, poumon, intestin). Ces travaux ont été publiés dans la revue Scientific reports au mois de décembre 2019.
  • Les câbles sous-marins : des milliards de capteurs sismiques potentiels !
    Des chercheurs du laboratoire Geoazur montrent pour la première fois qu’il est possible de détecter la propagation d'ondes sismiques au fond des océans avec des câbles sous-marins de télécommunication. D’après leurs observations, ces infrastructures existantes pourraient être exploitées pour détecter les séismes, mais aussi la houle ou encore le bruit sous-marin. Ces résultats sont publiés dans la revue Nature Communications le 18 décembre 2019 en collaboration avec la société Fébus Optics et le Centre de physique des particules de Marseille (CNRS/Aix-Marseille Université).
  • Comment croissent les nanoparticules dans les fibres optiques ?
    À l'aide d'une sonde atomique tomographique, une équipe internationale de chercheurs menée par Wilfried Blanc de l'Institut de Physique de Nice a mis en évidence le changement de composition de nanoparticules au fur et à mesure de leur croissance dans une fibre optique dopée en ions de terres rares. Ces travaux ont été publiés dans le Journal of Physical Chemistry, le 4 novembre 2019.
  • Les chercheurs de l’Institut Biologie Valrose au lycée !
    Dans le cadre de l'action Declics portée par le Cercle FSER, 6 responsables d’équipes de recherche de l’iBV et leurs collègues ont présenté, durant les mois de novembre et décembre 2019, leurs recherches et leurs métiers aux lycéens de 6 établissements niçois .
  • L’astéroïde Bennu, cible de la mission NASA OSIRIS-REx, se prend pour une comète
    Un article publié dans le journal Science du 6 Décembre 2019 dont deux chercheurs du Laboratoire Lagrange (UCA-OCA-CNRS) sont co-auteurs, indique que contre toute attente l’astéroïde géocroiseur Bennu, actuellement visité par la mission OSIRIS-REx de la NASA, est actif. Des éjections répétées mais sporadiques de particules de la surface de l’astéroïde ont en effet été détectées.
  • Quel est l'impact des transformations pédagogiques ?
    Le projet L@UCA comprend également un volet recherche ayant pour objectif d’étudier l'impact des transformations pédagogiques. Une thèse a démarré en janvier 2019, dont l’objectif est d'examiner comment les pratiques d'enseignement de licence évoluent dans le contexte de la mise en œuvre d'une approche par compétences.
  • Une nouvelle approche thérapeutique pour traiter le syndrome de Birk Barel
    L'équipe de Florian Lesage, chercheur Inserm à l'Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire, a mis en évidence une nouvelle approche thérapeutique pour traiter certaines maladies neurodéveloppementales, notamment le syndrome de Birk Barel. Ces travaux ont été publiés le 24 janvier dans Nature Communications.
  • Quel regard porter sur les sciences ?
    André Galligo propose une analyse des attentes et des critiques du public vis à vis des sciences dans le contexte de l'épidémie de covid-19.
  • Un archipel volcanique pour comprendre le métamorphisme des chondrites carbonées.
    Les travaux publiés le 3 juillet 2020 dans Science Advances par Clément Ganino (UMR Géoazur) et Guy Libourel (UMR Lagrange), d'Université Côte d'Azur, permettent de faire de nouvelles hypothèses sur l’histoire précoce des corps parents des chondrites carbonées.
  • Syndrome de Bosch-Boonstra-Schaaf : un nouveau défaut cérébral découvert
    Le syndrome de Bosch-Boonstra-Schaaf (BBSOAS), maladie génétique rare caractérisée par une déficience intellectuelle modérée à sévère, est causé chez l’homme par la mutation du gène NR2F1, codant pour un facteur clef du développement cérébral. L’équipe de Michèle Studer, Directrice de Recherche Inserm à l’Institut de Biologie Valrose, en collaboration avec plusieurs cliniciens français, vient de révéler un nouveau défaut cérébral associé à ce syndrome, notamment une malformation des circonvolutions du néocortex. Une double approche expérimentale, - d’un côté un modèle de souris mutantes qui recrée cette maladie, de l’autre la génération des organoïdes cérébraux in vitro - a permis de déchiffrer les mécanismes cellulaires et moléculaires à l’origine de cette malformation corticale, qui pourrait être en partie responsable des troubles de langage observés chez les enfants atteints par le BBSOAS. Ces travaux viennent d’être publiés dans la revue EMBO Journal.
  • Un « interrupteur moléculaire » convertit des cellules tumorales différenciées des glioblastomes en cellules souches cancéreuses agressives
    L’amélioration des traitements anti-cancéreux doit passer par une meilleure compréhension du maintien des cellules souches cancéreuses (CSC) au sein des tumeurs solides. En étudiant des échantillons de glioblastome humain, tumeur du cerveau particulièrement agressive, l’équipe du Dr Thierry Virolle, Directeur de recherche Inserm à l’institut de Biologie Valrose, a montré un enrichissement de cette population cellulaire agressive par la conversion de cellules tumorales différenciées en CSC. Cette étude a mis en évidence de nouvelles cibles moléculaires pour des stratégies de thérapie ciblée. Ces travaux viennent d’être publiés dans la revue Cancer research.
  • Une remarquable capacité d’adaptation de l’université et de ses unités de recherche
    Dans le contexte exceptionnel que nous avons connu, les activités de recherche ont été aussi particulièrement impactées par le confinement, avec l’arrêt de nombreuses expériences, l’annulation ou le report des évènements scientifiques (workshops, conférences) et des soutenances (thèses, HDR), l’impossibilité d’accueillir sur site la quasi-totalité des personnels, incluant les stagiaires et les professeurs étrangers invités. Toutefois, cette période a montré une remarquable capacité d’adaptation de l’université et de ses unités de recherche pour limiter cet impact tout en respectant les règles imposées.
  • Première observation en direct d'un impact de météorite sur la Lune !
    Dans la soirée du 27 mai 2020, une équipe du groupe Planétologie de l’Observatoire de la Côte d’Azur a détecté une lumière transitoire du côté nuit de la surface lunaire. Le phénomène lumineux qui avait une durée extrêmement courte de 0,2 seconde a été causé par l'impact d'une météorite sur la Lune. Ce n'est pas seulement la première détection du Flash! mais c'est aussi la première pour la France. Les observations télescopiques ont eu lieu depuis le site du Mont-Gros avec un télescope modéré et une caméra rapide. Une analyse préliminaire a montré que le météorite ne provenait pas d'un flux de météores connu mais appartenait à la population dite sporadique et que sa vitesse d'impact est donc estimée à 19-24 km/s.
  • Cibler les cellules sénescentes sans les éliminer pour vivre plus longtemps en bonne santé
    Eliminer les cellules sénescentes qui s’accumulent dans l’organisme est une stratégie thérapeutique considérée comme très prometteuse pour lutter contre le vieillissement. Les travaux d’une équipe menée par Dmitry Bulavin, chercheur Inserm à l’Institut de recherche sur le cancer et le vieillissement (Inserm/CNRS/Université Côte d’Azur), viennent remettre en cause cette approche. Les chercheurs y montrent, sur la souris, qu’au niveau du foie les premières cellules sénescentes apparaissent parmi une population de cellules hépatiques qui jouent un rôle majeur dans la détoxification de l’organisme. En étudiant les effets de l’élimination de ces cellules hépatiques sénescentes, les chercheurs ont observé que celle-ci aggravait la détérioration des fonctions hépatiques davantage encore que le vieillissement. Leurs résultats publiés dans le journal Cell Metabolism apportent ainsi de nouvelles pistes pour assurer une espérance de vie plus longue en bonne santé.
  • Les conséquences des passages proches d’astéroïdes avec la Terre revisitées
    L’astéroïde Apophis subira-t-il des effets de marée substantiels lors de son passage à moins de 36,000 km de la Terre, le permettant de le voir à l’œil nu, le 13 Avril 2029 ? Yun Zhang et Patrick Michel du laboratoire Lagrange (UCA, OCA, CNRS) ont effectué une nouvelle campagne de simulations numériques de rencontres proches avec des planètes d’astéroïdes représentés comme des agglomérats de roches liées par leur gravité . Par rapport aux études précédentes, ils ont poussé le réalisme des simulations, notamment concernant l’arrangement des roches constituant l’astéroïde et les forces de contacts entre ces dernières lors du passage près de la planète. Appliquées au passage de la comète Shoemaker-Levy 9 près de Jupiter avant que ses fragments produits lors de ce passage n’entrent en collision avec la planète en Juillet 1994, leurs simulations prédisent une densité de la comète deux fois plus faible que les estimations précédentes.
  • Créer des paires de photons intriqués sans bruit à partir d’un circuit silicium
    Associer les développements des télécommunications quantiques aux infrastructures de télécommunications actuelles est d'un intérêt majeur pour leur déploiement. En réunissant des compétences en photonique intégrée et en photonique quantique, des physiciennes et des physiciens ont démontré qu'une nouvelle architecture de puce en silicium fournit des paires de photons dont l’intrication est de grande qualité, la rendant très prometteuse pour les réseaux quantiques de demain.
  • Université Côte d’Azur soutient les jeunes chercheurs entrepreneurs
    Près d’un jeune chercheur sur deux envisage la création de start-up comme choix de carrière : c’est ce que montre une enquête nationale « Jeunes chercheurs et entrepreneuriat Deeptech » présentée le 28 mai dernier par PhDTalent et Bpifrance. Que fait Université Côte d’Azur pour encourager ses jeunes chercheurs à se lancer dans cette aventure ? On fait le point avec Marc Barret, directeur opérationnel «Innovation» pour l’IDEX UCAjedi.
  • Que la force soit avec le réseau supracellulaire pour changer de forme !
    Au cours du développement, les organes subissent des forces à grande échelle initiées à l’échelle du cytosquelette. Cependant, l’origine et la régulation moléculaire des réseaux cytosquelettiques supracellulaires restent peu connues. Dans cette étude, publiée dans la revue Nature Communications, Matteo Rauzi de l'Institut Biologie Valrose et Xiaobo Wang du Laboratoire de Biologie Cellulaire et Moléculaire du Contrôle de la Prolifération - Centre de Biologie Intégrative (LBCMCP-CBI) démontrent qu’un réseau supracellulaire contrôlé par la petite GTPase Cdc42 établit des forces polarisées et conduit à l’extension de la chambre à œufs chez la drosophile.
  • Remise en cause d’un dogme en biologie de la reproduction
    La méiose est un aspect essentiel de la reproduction sexuée. Il était admis depuis presque 15 ans que l’acide rétinoïque, une molécule synthétisée à partir de la vitamine A, induisait l’entrée en méiose des cellules germinales chez les mammifères. Dans deux articles conjoints publiés le 22 mai 2020 dans la revue Science Advances, des chercheurs de l’Institut de biologie Valrose (CNRS/Inserm/Université Côte d’Azur) et de l’IGBMC (CNRS/Inserm/Université de Strasbourg) ont démontré, chez la souris, que la méiose démarre et se déroule normalement en absence d’acide rétinoïque, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives de recherches en biologie de la reproduction.
  • France, Italie et Suède : la mortalité du Covid-19 diminue avec l’arrivée du printemps.
    L'analyse de Gilbert Reinisch confirme un effet saisonnier sur l'épidémie de sars-cov-2. La maladie semble bel et bien freinée. Dans l'hypothèse d'un sursaut à l'automne, le chercheur nous invite à ajuster notre réponse au risque.
  • Les astéroïdes Ryugu et Bennu sont des agrégats nés de la destruction d’un gros astéroïde
    Quelle est l’origine des astéroïdes Bennu et Ryugu, de leur forme en toupie et de leur différent degré d’hydratation ? Un article publié dans Nature Communications par Patrick Michel du laboratoire Lagrange, Ronald-Louis Ballouz et leurs collaborateurs, dont Brian May, Astrophysicien et célèbre guitariste du groupe de rock Queen, présente des simulations numériques de destruction de gros astéroïdes, telles qu’elles se produisent dans la ceinture des astéroïdes, entre Mars et Jupiter, qui fournissent une réponse à ces mystères. Elles montrent que lors de telles destructions, les fragments produits s’échappent puis se ré-agglomèrent pour former des agrégats dont certains ont une forme de toupie avec des degrés d’hydratation variés, expliquant la diversité observée et la faible densité de ces objets. Les propriétés globales de Ryugu et Bennu seraient donc le produit direct de la destruction de leur corps parent dans la ceinture des astéroïdes.
  • Exponentielle, Covid-19, et climat
    L’inaction face au changement climatique n’est plus compréhensible.
  • Quelques recommandations pour la reprise du sport
    En cette période de déconfinement et pour certains une reprise progressive à la normalité, il peut être tentant de vouloir reprendre ses activités sportives de loisirs comme « avant ». Toutefois, toutes les pratiques ne sont pas encore possibles. Voici quelques recommandations ainsi que des idées d'activités post-déconfinement.
  • De nouveaux facteurs découverts qui orchestrent la formation des reins
    Au cours du développement embryonnaire, la population de cellules souches progénitrices, qui entre dans le programme de formation des néphrons, l’unité fonctionnelle des reins, évolue par un processus complexe de différenciation qui met en jeu plusieurs voies de signalisation cellulaire. Les chercheurs de l’équipe d’Andreas Schedl viennent de démontrer, chez la souris, le rôle majeur de 2 protéines de la famille des R-spondines, RSPO1 et RSPO3, activateurs de la voie WNT/β-caténine, dans le maintien et la différenciation de la niche néphrogénique. Cette découverte clé suggère que des mutations dans ces gènes pourraient prédisposer à des maladies rénales humaines. Ces travaux ont été publiés en ligne le 29 avril dans la revue eLife.
  • Le projet Kernel de l'OCA mis à l'honneur dans la revue Astronomy et Astrophysics
    Au sommaire du numéro d'avril de la revue Astronomy & Astrophysics figurent deux articles en provenance de l'équipe ERC KERNEL hébergée au Laboratoire Lagrange par l'Observatoire de la Côte d'Azur. Le projet ERC KERNEL met au point et utilise des techniques d'interprétation des données croisant les approches de l'interférométrie optique et de l'imagerie haut contraste. Le projet tire son nom du concept de noyau (kernel) de phase, mis au point par son PI, qui généralise le concept de clôture de phase utilisé pour la reconstruction d'image en interférométrie longue base.
  • Découverte de la première population d’astéroïdes « venus d’ailleurs »
    L'astéroïde Ka`epaoka`awela1 a créé la surprise en 2018 en tant que tout premier objet du Système solaire à l'origine extrasolaire démontrée. Mais ses découvreurs annoncent aujourd’hui qu’il n’est pas seul. Publiés dans la revue MNRAS le 23 avril 2020, les travaux de Fathi Namouni, chercheur du CNRS au Laboratoire Lagrange (CNRS/Observatoire de la Côte d’Azur/Université Côte d'Azur) et Helena Morais, chercheuse à l'Unesp au Brésil, prouvent qu’au moins dix-neuf autres astéroïdes ont également orbité autour d’une autre étoile avant de rejoindre notre système.
  • RSPO2, la protéine essentielle au fonctionnement de l’ovaire et à la fertilité
    Les protéines de la famille des R-spondins sont des protéines sécrétées qui régulent l’activation de la voie de signalisation WNT/β-catenin (CTNNB1), voie centrale dans le développement ovarien. L’expression de Rspo2, récemment décrite dans l’ovocyte au moment de la naissance suggère un rôle important de ce gène dans la croissance folliculaire et attire l’attention de nombreuses équipes travaillant sur les problèmes d’insuffisance ovarienne. Dans leur dernière étude réalisée in vivo chez la souris, l’équipe de Marie-Christine Chaboissier, Directrice de recherche CNRS à l’Institut de Biologie Valrose, établit le rôle primordial de la protéine RSPO2 dans les interactions cellulaires ovocytes-granulosa via la voie de signalisation WNT/CTNNB1. Cette étude montre que la protéine RSPO2 régule la maturation des follicules ovariens et par voie de conséquence la fertilité féminine. Ces travaux seront publiés en ligne fin avril dans la revue Cell Death and Differentiation.
  • Quand un séisme lent rencontre un autre séisme lent
    Deux chercheurs du laboratoire Géoazur ont pu observer un épisode où trois séismes lents se rencontrent le long de la faille des Cascades sous l’île de Vancouver au Canada. Ils mesurent une forte accélération du glissement induite par cette coalescence. Au point de pouvoir déclencher un grand séisme ? La question est posée. Ces travaux viennent d’être publiés dans Nature Communications en date du 1er mai 2020.
  • La distanciation aussi efficace que le confinement. L’espoir d’un effet saisonnier.
    Les données sur la Suède, l’Italie et la France montrent que le confinement strict ne contraint pas davantage l’évolution du COVID-19 que des stratégies plus souples. En revanche, sous nos latitudes, le climat pourrait jouer en faveur d’une accalmie saisonnière. Gilbert Reinisch poursuit son analyse comparative des données publiées depuis le début de l’épidémie.
  • Quelles sont les conséquences possibles du Covid19 sur l'utilisation des échantillons biologiques issues de biobanques de cancer ?
    Une publication dans Nature medecine parue le 6 mai et co-signée par Paul Hofman (IRCAN), Professeur des universités et praticien hospitalier (Institut de recherche sur le vieillissement et le cancer - IRCAN) s'est intéressée à la collecte et au traitement des échantillons biologiques faits sur des patients atteints d'un cancer durant cette pandémie de Covid-19 et aux précautions à prendre durant cette période.
  • Santé respiratoire du sportif et COVID-19
    Valérie Bougault du laboratoire Motricité Humaine Expertise, Sport Santé (LAMHESS) nous livre son expertise sur les conséquences du Covid19 sur la santé respiratoire du sportif, sur son système immunitaire mais également sur leur statut de sportif professionnel.
  • Dossier spécial : Covid-19, nos chercheurs prennent la parole
    Notre dossier spécial sur le Covid-19 s'enrichit chaque jour des contributions de nos chercheurs et colle à l'évolution de cette épidémie. Retrouvez les 12 nouveaux articles en ligne. L'appel à contributions reste ouvert.
  • Quels sont les points d'entrée pour le SRAS-CoV-2 lors d’une infection COVID-19 ?
    Deux types de cellules nasales ont été identifiés comme des points d'infection initiaux probables pour le nouveau coronavirus qui cause le COVID-19. À l'aide des données de l'atlas des cellules humaines, les scientifiques ont découvert que les cellules caliciformes et multiciliées du nez exprimaient des niveaux élevés des protéines d'entrée que le SRAS-CoV-2 utilise pour pénétrer dans nos cellules. L'identification de ces cellules par des chercheurs de l'Institut Sanger, du Centre médical universitaire de Groningue, de l’Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire et du Centre Hospitalier Universitaire de Nice et de leurs collaborateurs, dans le cadre du Réseau Poumon du consortium HCA (Human Cell Atlas), pourrait aider à expliquer le taux de transmission élevé de SRAS-CoV-2.
  • Avancée majeure pour les « enfants de la lune »
    Une collaboration entre l’équipe de Véronique Braud de l’Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire (IPMC) et celle de Thierry Magnaldo de Institut de Recherche sur le Vieillissement et le Cancer a mis en évidence une «panne» dans le mécanisme de défense immunitaire contre le développement des cancers cutanés. Ces travaux conjoints ont impliqué la participation de Maria Goncalves-Maia, doctorante du Labex SIGNALIFE et soutenue par la Fondation Avenir.
  • Que savons-nous de la réponse immunitaire au virus du Covid-19 ?
    La question du déconfinement, qui demeure relativement floue dans sa temporalité et ses modalités, soulève la question d'une possible immunisation contre le virus qui sévit actuellement. Cecil Czerkinsky, directeur de recherche INSERM (1), travaille avec Philippe Blancou, Professeur d’immunologie et de Virologie, au sein de l'équipe du Pr. Nicolas Glaichenhaus à l'IPMC et en étroite collaboration avec le CHU de Nice, sur les spécificités de la réponse immunitaire au virus SARS-CoV-2. Il nous explique où en sont les connaissances des chercheurs et quelles perspectives se dessinent pour espérer développer une immunité contre la maladie. L'équipe a déjà répondu à trois appels à projet dédiés au COVID-19.
  • Coronavirus : l’exception japonaise ?
    En quelques mois, la pandémie de coronavirus a plongé le monde dans une situation de paralysie dont la durée est difficilement appréhendable. Le Japon, pris entre le report des JO et la rentrée scolaire, semble avoir maîtrisé l’épidémie dès les premières semaines, enrayant de fait son développement exponentiel. Il reste néanmoins des difficultés principalement dues à une réduction des investissements publics dans les hôpitaux contraints de réduire leur accueil.
  • Un scénario pour expliquer l'étrange astéroïde interstellaire Oumuamua
    Quelle est l’origine du fameux astéroïde interstellaire Oumuamua ? Comment s’est-il formé et d’où vient-il ? Un article publié dans Nature Astronomy par Yun Zhang du laboratoire Lagrange (Université Côté d’Azur - Observatoire de la Côte d’Azur - CNRS) et Doug Lin, Department of Astronomy and Astrophysics, University of California Santa Cruz, propose enfin une réponse à ce mystère, grâce à un scénario qui permet d’expliquer l’ensemble des caractéristiques très étranges observées durant la découverte de ce premier corps venu d’ailleurs.
  • Olfascan, le kit olfactif de l'Institut de Chimie de Nice et du CHU testé au centre de dépistage Covid de la Ville de Nice
    Les tests olfactifs mis au point par les chercheurs de l'Institut de Chimie de Nice, les cliniciens du CHU de Nice et l'industriel Carestia sont actuellement utilisés auprès des patients venus faire un test PCR au centre de dépistage mis en place par la Ville de Nice au palais des expositions. Cela permettra aux chercheurs de comparer les résultats à ce test olfactif avec ceux du test PCR.
  • Lire l’ARN de tout son long, cellule par cellule
    Des chercheurs de l'Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire (IPMC - UCA - CNRS) décrivent une nouvelle méthode pour analyser plus finement la structure des ARN, afin d’y détecter des variations d’épissage ou d’édition avec une résolution allant jusqu’à la cellule unique. Ces approches, qui combinent des outils de microfluidique avec le séquençage des acides nucléiques sur de grandes longueurs, amélioreront la construction des atlas de cellules uniques qui sont en cours de réalisation. Ces résultats sont publiés dans la revue Nature Communications.
  • Mise au point d'un kit olfactif pour détecter précocement le covid19 ou les maladies neurodégénératives
    La perte de la perception des odeurs fait partie des symptômes précoces du Covid-19. Les chimistes de l’Institut de Chimie de Nice (Université Côte d’Azur / CNRS) en partenariat avec l’EDHEC et le CHU de Nice ont mis au point un test olfactif rapide, simple et peu onéreux pour évaluer la perception olfactive. Les chercheurs ont testé ce kit auprès des passants le 15 juillet dernier, Place Massena.
  • Coup de tonnerre sur la météorologie de Jupiter
    De nouveaux résultats de la sonde Juno suggèrent que de violents orages animent Jupiter et génèrent des grêlons d’ammoniaque qui jouent un rôle clé dans la dynamique atmosphérique de cette planète. Cette théorie, développée par l’équipe Juno à partir de données du radiomètre microondes de la sonde, est décrite dans deux publications dirigées par un chercheur du laboratoire Lagrange (CNRS/Observatoire de la Côte d’Azur/Université Côte d’Azur), avec le soutien du CNES. Elle lève le voile sur certains mystères de la météorologie de Jupiter et a des implications quant au fonctionnement de l’atmosphère des planètes gazeuses en général. Une série de trois articles publiés dans les revues Nature et JGR Planets présente ces résultats.
  • Université Côte d'Azur fait partie d'UDICE l'association des universités françaises intensives en recherche
    10 des principales universités françaises lancent Udice, une association réunissant les universités les plus intensives en recherche, à l’image de ce qui existe dans les grands pays européens. Université Côte d'Azur, lauréate en 2016 d'une initiative d'excellence avec son projet UCA Jedi, intègre tout naturellement cette association qui a pour objectif une recherche d’excellence, la performance de l’enseignement supérieur, et le développement d’écosystèmes d’innovation attractifs en France et en Europe. La conférence de presse de lancement s'est tenue le 1er octobre à Paris en présence des Président.e.s d'Universités.
  • Inédit, l’épisode méditerranéen du 2 octobre fera cas d’école
    Les pluies qui se sont abattues le 2 octobre sur les Vallées de la Vésubie, de la Roya et de la Tinée ont été d’une intensité encore jamais mesurée de mémoire d’instrument. Or les modèles prédisent une augmentation de la survenue des pluies intenses et des crues sur les côtes méditerranéennes. L’analyse des données enregistrées et recueillies sur le terrain mais aussi celle de la dynamique de la catastrophe sont donc indispensables pour préparer au mieux les territoires aux différents scénarios qui pourraient advenir.
  • L'Universarium de l'Observatoire de la Côte d'Azur, un espace ludique et interactif dédié aux sciences de la planète et de l'Univers.
    Dans le cadre d’un Contrat Plan Etat Région, l’Observatoire de la Côte d’Azur a bénéficié de travaux d’aménagement d’un espace de culture scientifique unique pour les visiteurs en associant un lieu patrimonial exceptionnel aux outils de communication les plus modernes. Cet espace est disponible depuis le 17 octobre.
  • La mission OSIRIS-REx (NASA) révèlent encore des secrets sur l’astéroïde Bennu
    La mission OSIRIS-REx de la NASA a produit une quantité importante de nouvelles connaissances sur l’astéroïde Bennu et sur le matériau que la sonde récoltera dans quelques semaines (20 Octobre 2020). Dans une collection dédiée de six articles publiés le 8 Octobre 2020 dans les journaux Science et Science Advances, dans certains desquels Patrick Michel, Marco Delbo, Chrysa Avdellidou et Yun Zhang (UCA, OCA, CNRS) sont co-auteurs, les scientifiques de la mission présentent de nouvelles découvertes sur le matériau de surface de Bennu, sur ses caractéristiques géologiques et sur son histoire dynamique. Les données obtenues les font aussi suspecter que les échantillons qui seront récoltés seront très différents des météorites que nous avons déjà sur Terre.
  • Observation d’une occultation stellaire par l’astéroïde Polymèle depuis le Sénégal
    Dans la nuit du 23 au 24 septembre 2020, une coopération scientifique internationale, mobilisant des chercheurs sénégalais, belges et français - de l’IRD, du CNRS, de l’Observatoire de la Côte d’Azur, d’Université Côte d’Azur, de l’Observatoire de Paris - PSL et de l’Université Paris-Saclay - a permis d’observer pour la première fois une occultation d’étoile par (15094) Polymèle, un astéroïde troyen de Jupiter. Cette campagne d’observation, qui s’inscrit dans le cadre des préparatifs de la mission spatiale Lucy de la NASA, marque une nouvelle étape pour l’astronomie ouest-africaine.
  • Comprendre la résistance thérapeutique d’origine non-génétique
    L'équipe de Jérémie Roux à l'IRCAN a mis en évidence les facteurs moléculaires qui régulent l’efficacité d’une classe de thérapie ciblée. La preuve de concept va maintenant permettre de déployer cette technologie innovante à l’échelle d’autres thérapies anticancéreuses pour proposer des combinaisons thérapeutiques et augmenter l’efficacité des traitements.
  • Université Côte d’Azur et le Parc national du Mercantour signent un partenariat pour l’utilisation de l’IA pour analyser les données audio-visuelles des animaux du parc
    Université Côte d’Azur et le Parc national du Mercantour ont signé le 14 septembre à la Maison de l’Intelligence Artificielle une convention cadre de partenariat autour de l’utilisation des nouvelles technologies et de l’intelligence artificielle pour la connaissance de la biodiversité et des mécanismes écologiques.
  • Confinement forcé : biophysique de l'invasion fongique
    La première étape lors de nombreuses infections fongiques d’animaux ou de plantes est la pénétration active des tissus hôtes. Chez l’homme par exemple, la pénétration active de l'épithélium intestinal par le pathogène fongique opportuniste Candida albicans est critique pour sa dissémination de l'intestin vers la circulation sanguine. Comment les agents pathogènes fongiques font-ils face aux forces physiques, telles les forces résistives lors de l'invasion des cellules hôtes ? En utilisant un polymère organo-minéral de la classe des silicones de rigidité variable, les chercheurs ont évalué la capacité de ce pathogène fongique à pénétrer et à envahir des substrats. Ce travail interdisciplinaire révèle un seuil de rigidité pour la croissance invasive, ainsi que des changements dramatiques dans la croissance et la morphologie fongiques en réponse aux forces mécaniques. Ces travaux sont publiés dans la revue BMC Biology au mois de septembre.
  • Création de la Maison de l’Europe et des Territoires
    La Maison de l’Europe et des Territoires (MET), un service unique et transversal pour le dépôt et le suivi de projets régionaux, nationaux, européens et internationaux, vient de voir le jour à Université Côte d'Azur.
  • Une fête des sciences 100% digitale et réussie
    Epidémie de covid oblige, la fête de la science organisée chaque année par Université Côte d'Azur s'est déroulée en 100% digitale du 5 au 9 octobre 2020.
  • Les cahiers de la recherche sont disponibles
    Université Côte d’Azur a mobilisé ses services administratifs (1) pour élaborer des cahiers de la recherche, un outil d’organisation et de traçabilité des travaux de recherche, disponible dès aujourd’hui pour l’ensemble des chercheurs et enseignants-chercheurs du site.
  • Les cellules immunitaires sont prises en otage par la ténascine-C au sein des tumeurs de la tête et du cou
    La progression maligne des tumeurs épithéliales est fortement dépendante des interactions entre les cellules cancéreuses et leur environnement. La ténascine C, protéine de la matrice extracellulaire cellulaire, favorise la progression des cancers. Dans cette étude les équipes de Gertaud Orend (DR Inserm, (Institut d’hématologie et d’immunologie à Strasbourg), Ellen Van Obberghen (DR Inserm, institut de Biologie Valrose), Fabienne Anjuère et Véronique Braud (Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire) et le Centre Antoine Lacassagne apportent une explication sur le rôle clé de cette protéine dans les tumeurs de la tête et du cou par son action sur les cellules dendritiques, leur empêchant de jouer leur rôle protecteur de sentinelles du système immunitaire. Ces travaux ont été publiés au mois de juillet dans la revue Cancer Immunology Research.
  • Dégazage massif d’hydrates de gaz sur la marge brésilienne et réchauffement climatique
    Le réchauffement des océans n’est pas sans conséquence sur l’état des gaz naturels congelés présents dans les sédiments marins, qui forment le plus grand réservoir de carbone sur Terre. Des chercheurs viennent de mettre en évidence, pour la première fois, un dégazage massif de gisements sur la marge brésilienne, dans l’éventail du Rio Grande. Ces travaux ont été publiés dans Nature Communications le 29 juillet 2020
  • Synchroniser les éléments d'un réseau de communication quantique façon « plug-&-play »
    Grâce à l'utilisation d'une horloge optique délivrée par un laser issu des technologies standards des télécommunications, des chercheurs de l'Institut de Physique de Nice ont mis au point une solution simple et universelle pour la synchronisation des nœuds des futurs réseaux quantiques de communication. Ces résultats sont publiés dans la revue npj Quantum Information au mois de juillet 2020.
  • CREEP, un surveillant pour les réseaux sociaux
    Microsoft, dans son quatrième rapport sur les incivilités numériques, publié en février 2020, estime que 57% des adolescents sont ou ont été touchés par une forme d’agression dans le cyber espace. Les attaques, émanant d’inconnu(e)s ou d’ami(e)s, se livrent dans l’intimité des réseaux sociaux. Dans un monde où les interactions numériques ne cessen
  • La Start-up Deep Tech Mycophyto booste les plantes par la racine en améliorant un phénomène vieux de 450 millions d’années
    L’émergence de potagers collectifs en ville, la distribution de « paniers » locaux ou la multiplication de casiers « bio » dans les rayons des fruits et légumes bousculent le modèle d’une agriculture intensive. Depuis une quinzaine d’années, les citoyens cherchent des produits frais, avec une meilleure qualité nutritionnelle et sûrs pour leur santé. Insecticides, pesticides et engrais, utilisés en masse pour accroître les rendements, sont parfois jugés dangereux ou rejetés au nom du principe de précaution. Les professionnels, eux, doivent
  • Les technologies connectées posent des défis inédits au droit
    Avec les objets connectés, les applications pour smartphone, la dématérialisation des services financiers, les activités humaines se traduisent en une masse considérable de données numériques. Or ces nouveaux outils, autrement appelés « deep techs », en prolongeant l’humain sous une forme non humaine, p
  • Les mathématiques unifient la recherche autour du cerveau et de la pensée
    Qui n’a pas été fasciné par le spectacle d’une souris apprenant à se diriger dans un labyrinthe pour trouver son repas ? Voir un rongeur, un oiseau ou un singe mémoriser une stratégie nous confronte à notre propre fonctionnement. Qu’est-ce qui lie
  • Université Côte d'Azur, lauréate de l'initiative "Université européenne"
    L'alliance Ulysseus, dont Université Côte d'Azur fait partie, a été retenue pour joindre l'initiative Université européenne lancée par la Commission européenne
  • Classement de Shanghai 2020 : forte progression pour Université Côte d’Azur
    Le classement de Shanghai des meilleures universités mondiales en recherche est paru ce samedi 15 août. Université Côte d’Azur avec une progression de plusieurs centaines de places se positionne dans le rang 301-400 et dans les meilleures universités françaises. Le statut d’établissement expérimental dont Université Côte d’Azur s’est doté depuis le 1er janvier 2020, et qui lui permet de déployer sa propre stratégie soutenue par les grands organismes de recherche est à l’origine de cette nette progression, valorise l’excellence de la recherche menée par les chercheurs d’Université Côte d’Azur, et démontre la dynamique de l’initiative d’excellence UCA Jedi.
  • Covid-19 : quelles conséquences sur les défaillances d'entreprise en France ?
    Dans le cadre d’une recherche jointe avec l’Observatoire Français des Conjonctures Economiques (SciencesPo Paris) et l’Université de Trento (Italie), Mattia Guerini et Lionel Nesta, chercheurs au Groupe de Recherche en Economie, Droit et Gestion (Université Côte d’Azur - CNRS), ont étudié l’impact de la crise Covid-19 sur la solvabilité des entreprises à partir d’un échantillon d’un million d’entreprises françaises. Si le tissu productif est lourdement affecté par cette crise, avec des niveaux de défaillances sans précédent et que la crise de la Covid-19 a des effets différenciés par secteur, taille, et région, l’étude montre que le dispositif de l’activité partielle a été très efficace pour limiter les défaillances. Pour éviter des faillites encore plus nombreuses, l’étude propose un mécanisme de contribution aux fonds propres des entreprises en difficulté.
  • Cibler la protéase majeure du SARS-CoV-2 pour fabriquer un médicament efficace contre ce coronavirus
    Mi-juin 2020, on comptait plus de 7,7 millions de cas d’infection confirmée par ce virus, dont plus de 427 000 ayant entraîné le décès, ce qui en fait la pandémie la plus grave de ces dernières décennies. Comme il n’existe à ce jour aucun médicament pour soigner cette infection, des essais cliniques sont en cours pour évaluer l’efficacité de différents médicaments disponibles sur le marché, dont certains sont utilisés pour traiter le Sida (syndrome d’immunodéficience acquise), dû à une infection chronique par le VIH (virus de l’immunodéficience humain). Quels sont ces derniers médicaments et comment agissent-ils pour limiter l’infection ?
  • Quand les pratiques artistiques viennent vectoriser la relation thérapeutique
    Des enfants autistes, des patients psychotiques, des « marginaux », laissent parfois surgir « de la matière » au détour d’une improvisation artistique. Une part d’eux-mêmes, de ce qui les travaille, émerge sans prévenir. Ces personnes, avec lesquelles il est impossible de nouer d’emblée une relation thérapeutique sur le mode du dialogue, ouvrent alors la possibilité d’une rencontre. Au sein d’Université Côte d’Azur, une équipe de chercheurs psychologues expérimente ainsi un travail autour des médiations thérapeutiques par l’art. Ils s’appuient sur des ateliers de peinture, de musique, de théâtre, pour engager une relation thérapeutique. Car si l’art ne soigne pas, il peut initier un cheminement vers une solution singulière, parfois instaurer un pacte entre l’individu et la société. Mais pour oeuvrer, les MTA doivent se garder de devenir des protocoles. La recherche se mène en ce sens, en essayant de comprendre ce qui est fondamentalement en jeu dans les ateliers et de do
  • Artistes et scientifiques à la conquête de réalités mixtes
    La technologie couplée à l’imaginaire des artistes permet aujourd’hui de faire voir au spectateur des réalités mixtes. La scène, les musées mais aussi la rue hébergent des oeuvres multi-dimensionnelles, accessibles
  • IDEX : Jérémie Bec, nommé à la tête de l’académie « Systèmes Complexes »
    Directeur de recherche CNRS au sein du CEMEF (MINES ParisTech, CNRS), Jérémie Bec, a été élu responsable de l’académie « Systèmes Complexes » par son comité de pilotage. Au sein de cette structure, dont il présidait le conseil scientifique, il souhaite renforcer la visibilité de la communauté UCA dans le domaine des systèmes complexes.
  • La centralité des problèmes environnementaux pour le post-coronavirus
    Nous luttons aujourd’hui contre les effets d’une pandémie, mais le Pr d’écologie Paolo Guidetti nous appelle à nous pencher aussi sur ses causes.
  • Le beau nous fait du bien
    Sylvain Lizon, Directeur de la Villa Arson et vice-Président Culture et société à Université Côte d'Azur rappelle les bienfaits procurés par la lecture d'un livre, par l'écoute de la musique ou d'un podcast ou par la pratique d'un art et nous fait partager les offres culturelles proposées sur internet en cette période de confinement.
  • De la peste de 1665 à Londres au Covid-19 : des chiffres, du confinement et des émotions
    Dans cette période de quarantaine, nombreux sont ceux qui décident d’écrire, ou de faire écrire à leurs enfants ou leurs étudiants, un « journal du confinement » pour tenter de redonner forme à un quotidien qui a été brutalement figé, pour remettre de l’ordre dans ce qui a pris des allures de chaos et pour exprimer des émotions telles que la peur, la stupeur, l’empathie ou encore la colère. Nombreux sont aussi ceux qui se tournent vers la littérature pour tenter de trouver la clé pour comprendre ce qui se passe et qu’on n’avait croisé jusque là que dans la fiction : La Peste d’Albert Camus (1947), Le Hussard sur le toit de Jean Giono (1951) ou encore le Journal de l’année de la peste de Daniel Defoe (1722) descendent des étagères poussiéreuses de nos bibliothèques pour apporter un éclairage de notre présent à la lumière des épidémies, notamment de celles de la peste, relatées dans ces témoignages.
  • Le projet LungScreen CT subventionné par Astra Zeneca à hauteur de 200 000 euros
    Le projet LungScreen CT, permettant à l’intelligence artificielle d’aider les radiologues dans leur diagnostic de cancer de poumon, a reçu une subvention de 200000 euros par le groupe pharmaceutique Astra Zeneca dans le cadre de son appel à projets EXPLORE pour améliorer les connaissances et les outils sur le dépistage du cancer du poumon. Cette subvention vient en complément de l’aide apportée par le programme innovation de l’IDEX UCAJEDI.
  • Hedgehog, une molécule impliquée dans le contrôle de la durée de vie
    L’utilisation de la drosophile comme système biologique modèle a permis aux chercheurs de l’Institut de Biologie Valrose de démontrer que la molécule Hedgehog, connue pour son rôle ʺorganisateur de tissusʺ pendant le développement embryonnaire, est réutilisée au cours de la vie adulte pour protéger les cellules gliales et indirectement l’intégrité neuronale, permettant d’augmenter la durée de vie de l’animal. Ces travaux sont publiés dans la revue Cell Reports.
  • Université Côte d'Azur et le Centre Scientifique de Monaco créent un laboratoire international associé
    Au travers d'une convention signée le 3 février à Monaco, Université Côte d'Azur et le Centre scientifique de Monaco créent le Laboratoire International Associé (LIA) « Réponse des organismes et populations face au stress environnemental » permettant de renforcer la collaboration dans le domaine de la recherche scientifique, de l’innovation et de la formation en biologie marine, médicale et en y intégrant la dimension sciences humaines et sociales.
  • L’académie 3 publie son « Green Book 2020 »
    L’académie « Espace, Environnement, Risques et Résilience » vient de publier un rapport d’activité après 4 années de fonctionnement et de soutien à des projets de recherche interdisciplinaires innovants. 32 projets principaux ont été soutenus, impliquant environ 200 scientifiques d’Université Côte d’Azur et 100 étudiants de différents niveaux dont plus de 30 doctorants. Les 32 projets façonnent un nouveau paysage de connexions de recherches au sein d’Université Côte d’Azur qui s’étendent au-delà dans la communauté nationale et internationale.
  • Lancement de l’OTESIA, 1er observatoire sur l’Intelligence artificielle en France et en Europe
    Lundi 18 novembre 2019, Jean-Marc Gambaudo, Président d’Université Côte d’Azur s'est engagé aux côtés de Charles Ange Ginésy, Président du Conseil départemental des Alpes- Maritimes, Jean-Pierre Mascarelli, représentant Jean Leonetti, Président de la Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis (CASA), et Laurent Londeix représentant Jean-Pierre Savarino, Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie Nice Côte d’Azur (CCI) pour le lancement de l’OTESIA, le 1er Observatoire des Impacts technologiques économiques et sociétaux de l’Intelligence Artificielle.
  • Le MDLab, un centre d’expertise pour les données de santé
    Le Medical Data Laboratory (MDLab) est un centre d’expertise thématique d’Université Côte d’Azur, situé en plein cœur de l’hôpital l’Archet ; il s’agit du premier des projets « lab » mis en place par la Maison de la Modélisation, de la Simulation et des Interactions (MSI) pour mener des projets transdisciplinaires en lien avec la modélisation et l’exploitation des données médicales.
  • Beau palmarès pour la soirée des prix d'excellence d'Université Côte d'Azur
    Université Côte d’Azur a rendu hommage, mardi 10 décembre 2019, dans l’amphithéâtre «Kahn » d'Inria Sophia Antipolis Méditerranée, à ses nombreux enseignants-chercheurs, chercheurs, étudiants et artistes qui ont été, au cours de l’année 2019, récompensés par des prix prestigieux pour leur contribution scientifique et artistique au plus haut niveau national et international.
  • Université Côte d'Azur confirme sa présence à Grasse
    Soutenu par l’initiative d’excellence UCA Jedi, le Centre de Créativité et d'Innovation en Sciences des Odorants, basé à Grasse, a pour objectif d’augmenter la qualité et la quantité de la recherche publique/privée avec les entreprises du territoire dans le domaine des parfums et arômes.
  • Une dynamique de soutien et de support aux laboratoires renforcée par l'IDEX
    L'IDEX et la construction d'Université Côte d'Azur dont il est le moteur ont permis de renforcer l'accompagnement de proximité auprès des laboratoires et de leurs chercheuses et chercheurs, en partenariat avec toutes les tutelles.
  • Diabète de type 1 : des implants de stimulateurs électriques au secours des malades
    L’équipe de Philippe Blancou, Professeur des Universités à l’Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire (Université Côte d’Azur-CNRS) vient de montrer l’efficacité de la stimulation électrique du nerf pancréatique pour le traitement du diabète auto-immun. Ces résultats de médecine bioélectronique, sont publiés dans la revue Nature Biotechnology le 11 Novembre 2019.
  • Université Côte d’Azur s’implique dans le développement en Haïti
    Grâce à la forte implication du laboratoire Géoazur (UCA, CNRS, OCA et IRD) dans la jeune équipe URGéo, Université Côte d’Azur défend la francophonie et la capacité à faire face au risque sismique en Haïti. URGéo, regroupant des chercheurs de Géoazur, et la Faculté des Sciences de l'Université d'État d'Haïti, avec une participation de l'Université de Liège (Belgique), s'est réunie du 11 au 17 septembre 2019 à Port-au-Prince (Haïti).
  • Un apport majeur de l’IDEX : les chaires d’excellence
    Grâce à l’IDEX, Université Côte d’Azur a pu financer 11 chaires d’excellence, permettant ainsi d’accueillir des scientifiques et des artistes de renommée mondiale ou de soutenir des chercheurs et enseignants-chercheurs dans leur projet et de renforcer leur dimension internationale.
  • Beau succès pour les journées Art et Sciences au MAMAC
    A l'invitation de la direction du MAMAC pour la 36ème édition des Journées Européennes du Patrimoine, les chercheurs de l'Institut Biologie Valrose et de l'Institut de Physique de Nice se sont rassemblés, le 22 septembre 2019 dernier, autour de l’exposition « Le diable au corps. Quand l’Op’Art électrise le cinéma », invitant le public « à jouer avec les multiples facettes de la lumière ».
  • Médecine personnalisée : pourquoi les autres sont-ils malades et pas moi ?
    Les pneumologues du CHU Pasteur de Nice et les biologistes de l'Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire (IPMC) à Sophia-Antipolis, collaborent pour relever le défi de la médecine personnalisée. Ils travaillent sur l'étude de nouveaux marqueurs cellulaires susceptibles de devenir des cibles thérapeutiques mais aussi de prédire l'évolution de la maladie pour chaque patient. Ils participent également au projet international de construction d'un atlas des cellules humaines, financé par la fondation Chan Zuckerberg. Déjà, les patients hospitalisés à Nice peuvent bénéficier des premiers fruits de cette recherche à la fois clinique et fondamentale.
  • Inria Sophia Antipolis - Méditerranée, un exemple de participation active et novatrice à une politique de site universitaire
    En marge de la visite officielle de Frédérique Vidal, ministre de l'enseignement supérieur , de la recherche et de l'innovation et de Cédric O. Secrétaire d'état au numérique, Bruno Sportisse, PDG d'Inria a affirmé la volonté de l'Inria de se mettre au service du développement des sites universitaires.
  • L'Institut de Chimie de Nice se dote d'un spectromètre de masse haute résolution pour les études de métabolomique
    Cet équipement, co-financé par le cancéropôle PACA et le programme Interreg ALCOTRA FINNOVER, est le premier du genre sur le campus Valrose et permet d'analyser finalement la structure des métabolites. L’inauguration s’est déroulée le 16 juillet 2019 en présence de Jeanick Brisswalter, Vice-Président Recherche à l’Université Côte d'Azur et Clara Ducord, Directrice du Cancéropôle PACA.
  • Création d'un laboratoire international conjoint avec l'Université Mohamed VI Polytechnique et le groupe OCP
    Université Côte d’Azur, l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) et le Groupe OCP ont signé un accord pour la création du « International Joint Laboratory for Green Phosphate Research : Green-Phos », un laboratoire international conjoint dirigé par le Dr. Rachid Benhida, Directeur de Recherche CNRS à l’Institut de Chimie de Nice.
  • 7000 participants à la Nuit des Coupoles Ouvertes
    Pour sa 20 ème édition, la Nuit des Coupoles Ouvertes, organisée par l'Observatoire de la Côte d'Azur, a rassemblé plus de 7000 personnes sur le plateau de Calern, petits et grands, venus admirer le ciel et ses étoiles.
  • Université Côte d’Azur dans la délégation française au Forum Politique de Haut Niveau sur les Objectifs de Développement Durable
    Université Côte d’Azur a participé à la délégation française au Forum Politique de Haut Niveau sur les Objectifs de Développement Durable 2019 au siège des Nations Unies en juillet. Le Forum Politique de Haut Niveau (FPHN) a pour objectif de faire le suivi de la mise en œuvre de l'Agenda 2030 sur le plan international. Cette année, une attention particulière est portée aux objectifs 4 (Education), 8 (travail décent), 10 (inégalités), 13 (action climat) et 16 (justice).
  • Université Côte d'Azur participe au premier sommet mondial de l'alliance U7
    A l’occasion du sommet inaugural de l’U7+ qui s’est tenu à Paris les 9 et 10 juillet 2019 sous le haut patronage du Président Emmanuel Macron, Jean-Marc Gambaudo, comme 47 autres Présidents d’universités de rang mondial, a signé la déclaration finale s'engageant ainsi sur 6 principes et des actions concrètes en lien avec l'action du G7.
  • La science pas assez considérée
    L'Académie des Sciences lance un cycle de manifestations "en Région". Une initiative débutée sur les sites d'Université Côte d'Azur les 20 et 21 juin 2019.
  • Yves Strickler nommé référent éthique et intégrité scientifique
    Université Côte d'Azur a nommé Yves Strickler, professeur des universités au Centre d'Etudes et de Recherches en Droit des Procédures (CERDP), référent éthique et intégrité scientifique. Depuis le 20 juin 2019, il succède à Michel Rainelli, professeur émérite en sciences économiques.
  • 8 millions de dollars pour étudier la turbulence d’ondes
    Le 4 juin 2019, la fondation Simons de New York a annoncé le financement d’un projet portant sur la turbulence d’ondes à hauteur de 8 millions de dollars. Interdisciplinaires et internationaux, ces travaux de recherche mobiliseront des chercheurs en sciences mathématiques et physiques pour mieux comprendre et expliquer la turbulence d’ondes. Université Côte d’Azur fait partie de cette collaboration avec la participation de Giorgio Krstulovic, chercheur CNRS au laboratoire J.L. Lagrange et de Sergey Nazarenko, directeur de recherche CNRS au laboratoire INPHYNI.
  • Un modèle numérique de cochlée redonne de l'espoir aux patients atteints d'une surdité sévère
    Trois équipes azuréennes se sont associées dans le cadre d’un partenariat de recherche pour mieux comprendre l’anatomie de la cochlée, une structure de l’oreille interne impliquée dans la transmission des sons. Cette collaboration associant Inria, CHU de Nice / Université Côte d’Azur et Oticon Medical porte ses fruits avec la première utilisation d’un modèle de reconstruction de la cochlée en 3 dimensions lors d’une chirurgie d’implantation cochléaire.
  • Une convention de mixité signée avec l'Inserm
    L'Université a signé le vendredi 7 juin sur le campus Valrose, une convention de mixité pour une durée de 5 ans avec l'Inserm. Par cette convention, les deux établissements conviennent d’assurer le développement scientifique des laboratoires de recherche communs.
  • Public ou privé ? Le mentorat pour se projeter après la thèse
    Université Côte d’Azur a lancé en décembre 2018 un système de mentorat pour accompagner les futurs chercheurs dans leur orientation et leur insertion professionnelle.
  • Renouvellement cellulaire : des différences existent entre les mâles et les femelles
    Dans les organes qui ne font pas partie du système reproducteur, on suppose souvent qu’il n’existe pas de différences importantes entre les sexes. L’équipe du Dr Andreas Schedl, Directeur de recherche Inserm à l’Institut de Biologie Valrose a mis en évidence des différences majeures, entre mâles et femelles, dans le renouvellement cellulaire de la glande surrénale. Leurs travaux publiés le 16 Mai 2019 dans la revue Cell Stem Cell soulignent la contribution à ce processus d’une population de cellules souches spécifiques chez les femelles adultes.
  • Université Côte d’Azur et Orange collaborent pour la mise en place d’une expérimentation en matière de cryptographie quantique
    La convention de partenariat, signée le 22 mai permettra la mise en place d’une expérimentation en matière de cryptographie quantique entre le campus Valrose et le centre INRIA de Sophia Antipolis Méditerranée, avec un point d’accès sur le campus de la Plaine du Var IMREDD.
  • La faculté de médecine se dote d'un centre de simulation en otoscopie
    Destiné à améliorer la formation ORL des étudiants en médecine, ce centre d'otoscopie, unique en France, sera installé dans les locaux de la faculté de médecine et dirigé par le Dr Nicolas Guevara, chirurgien ORL à l'Institut de la face et du cou. La création de ce centre a pu se faire grâce à un don de la société Audition Conseil via la Fondation d'Université Côte d'Azur.
  • TherAchon, la start-up issue des laboratoires d’Université Côte d’Azur, rachetée par Pfizer pour 340 millions de dollars.
    TherAchon, start-up créée en 2014 par Elvire Gouze, chercheur Inserm à l’Institut de Biologie Valrose, développe des thérapies innovantes pour rétablir la croissance et des proportions normales des os chez les enfants atteints de nanisme. La société vient d’être rachetée par le géant pharmaceutique Pfizer pour 340 millions de dollars. Une exceptionnelle réussite pour cette société dont la direction scientifique est toujours située dans les bâtiments de recherche d’Université Côte d’Azur.
  • Un Fablab sur le campus Valrose
    Université Côte d’Azur dispose depuis quelques mois d’un FabLab, un laboratoire de fabrication, qui permet aux étudiants et aux enseignants de fabriquer des objets simples ou connectés. Mis en place depuis juin 2018, ce fablab situé sur le campus Valrose connaît un succès croissant. Plus d’une trentaine de personne fréquente ce lieu convivial tous les mois.
  • Les « gènes sauteurs » humains attrapés en pleine action !
    Tout au long de l’évolution, le génome de la plupart des êtres vivants s’est complexifié grâce aux éléments transposables ou « gènes sauteurs », des fragments d’ADN capables de se déplacer ou de se copier d’un endroit à un autre sur les chromosomes. Des chercheurs de l’Inserm, du CNRS, d’Université Côte d’Azur et de l’Université de Montpellier ont pu capturer ces « gènes sauteurs » juste après leur déplacement et ont croisé leurs observations avec des bases de données déjà existantes. Leurs travaux, à paraître dans Molecular Cell, montrent que l’intégration des « gènes sauteurs » chez l’humain ne se ferait pas au hasard mais serait influencée par certaines propriétés du génome. Ces résultats ouvrent ainsi de nouvelles perspectives dans l’interprétation des données de séquençage de génome entier.
  • La VAE Doctorat en développement à Université Côte d’Azur
    La Validation des acquis de l’expérience (VAE) pour obtenir un diplôme de doctorat est en progression dans les universités françaises. A Université Côte d’Azur, depuis sa mise en application en 2014, 5 VAE doctorat ont été validées, permettant à des candidats du secteur privé et public d’obtenir le grade de docteur grâce à leur expérience professionnelle.
  • Université Côte d’Azur sélectionnée pour recevoir un Institut Interdisciplinaire d’Intelligence Artificielle
    Le projet 3IA Côte d’Azur de création d’un Institut Interdisciplinaire d’Intelligence Artificielle (3IA) porté par Université́ Côte d’Azur, le CNRS et Inria a été labellisé par le jury international le 24 avril dans le cadre du programme national pour l’intelligence artificielle. Une conférence de presse a été organisée le 29 avril sur le campus Sophia Tech afin de présenter les raisons du succès de ce projet collectif.
  • Quelles contributions des chercheurs d’Université Côte d’Azur aux objectifs de développement durable ?
    Université Côte d’Azur, l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et la Délégation Régionale Côte d’Azur du CNRS se sont associés lors d’un workshop à Sophia Antipolis le 22 mars 2019, pour mener une réflexion sur la contribution des programmes de recherche d’Université Côte d'Azur et du laboratoire d’Océanographie de Villefranche-sur-Mer aux Objectifs de Développement Durable (ODD).
  • MoodUp, lauréat du concours Challenge for a Nice Life
    L’application MoodUp développée par le laboratoire CoBTeK d’Université Côte d’Azur est une application smartphone qui permet aux victimes de traumatismes présentant des troubles anxieux de gérer leurs émotions au moment de l’apparition de troubles avec des exercices simples et scientifiquement validés. Le projet a gagné au mois de février le premier prix (50 000 euros) du challenge for a Nice Life organisé par la Ville de Nice.
  • Alessandro Morbidelli, lauréat de la médaille d’argent 2019 du CNRS
    Alessandro Morbidelli, Directeur de recherche CNRS de classe exceptionnelle au laboratoire Lagrange d'Université Côte d’Azur, est lauréat de la Médaille d’Argent 2019 du CNRS. Cette récompense distingue un chercheur pour l'originalité, la qualité et l'importance de ses travaux, reconnus sur le plan national et international.
  • Des chercheurs de la Côte d’Azur font une découverte essentielle pour mieux comprendre les mécanismes infectieux des bactéries
    Le département de biologie médicale du Centre Scientifique de Monaco et les physiciens du laboratoire de mathématiques d’Université Côte d’Azur viennent de faire un pas essentiel dans la compréhension des mécanismes d’infection des bactéries et notamment des bactéries responsables des infections alimentaires.
  • Entretien avec Christian Pradier, Chef du département de Santé publique au CHU de Nice
    A l'occasion de la journée mondiale de la Santé le 7 avril prochain, le Professeur des Universités - Praticien Hospitalier, Christian Pradier, revient sur les missions de la Santé publique et explique comment s'articulent les campagnes de prévention.
  • O3 : une nouvelle période d'observation commence pour Virgo et LIGO
    Les détecteurs d'ondes gravitationnelles Virgo et LIGO entament leur troisième période d'observation le 1er avril 2019. Cette période d'observation va durer un an sans interruption. Le laboratoire Artemis, à l'Observatoire de la Côte d'Azur (CNRS-UNS-OCA), fait partie de la collaboration Virgo et a une contribution importante à la réalisation de l'antenne Advanced Virgo située près de Pise, en particulier pour la préparation de cette nouvelle période d'observation.
  • Intelligence artificielle : un accord de partenariat entre la Côte d'Azur et le Canada
    Université Côte d’Azur, Université Laval (Québec), la Communauté d’agglomération Sophia Antipolis et le Département des Alpes Maritimes ont signé un accord de coopération le mercredi 27 mars à Québec dans le domaine de l’intelligence artificielle. Ce partenariat vise à créer une alliance stratégique avec le Canada et développer une coopération internationale et universitaire transatlantique dans le domaine de l’Intelligence Artificielle et du numérique. Cette collaboration permettra de développer la recherche sur ces deux sujets, ainsi que les applications et impacts sociétaux qui s’y associent, au travers d’échanges permanents, de sessions de travail et de rencontres.
  • Université Côte d’Azur poursuit sa collaboration avec le Monell Chemical Senses center
    Célèbre institut de recherche basé à Philadelphie aux Etats-Unis, le Monell Chemical Senses Center est mondialement reconnu dans le domaine de l’olfaction, de la gustation et leur implication dans la nutrition. Après une convention de partenariat signée au mois de septembre dernier, les deux établissements ont organisé leur premier symposium le 14 mars pour avancer sur leur collaboration.
  • Création du Balkan Institute of science and innovation d’Université Côte d’Azur
    Une importante délégation d’Université Côte d’Azur, conduite par Jean-Marc Gambaudo, s’est rendue au Monténégro au mois de mars avec pour objectif de renforcer la coopération universitaire dans la zone des Balkans.
  • Le Grand Nuage de Magellan est à 1,53 milliard de milliards de kilomètres
    L’étude des binaires à éclipses situées dans le Grand Nuage de Magellan (appelé LMC par les astrophysiciens, pour Large Magellanic Cloud), la plus proche galaxie satellite de la Voie Lactée, a récemment permis aux chercheurs du projet international Araucaria de déterminer sa distance avec une précision inégalée et symbolique de 1.0%. Ce résultat remarquable publié dans la revue Nature le 14 mars 2019, auquel ont participé l’Observatoire de la Côte d’Azur et de Paris, renforce le premier niveau de l’échafaudage qui mène à la détermination de la constante de Hubble, une quantité fondamentale en cosmologie, qui caractérise le taux d’expansion de l’univers.
  • Comment les injections de fluide génèrent des tremblements de terre
    Une équipe internationale constituée de chercheurs de Géoazur (Université Côte d’Azur, CNRS, Observatoire de la Côte d’Azur, IRD), des universités de La Sapienza en Italie, de Caltech et de Berkeley aux USA ont mis au point des expériences uniques en laboratoire et sur le terrain pour développer un modèle hydromécanique visant à mieux comprendre la mécanique des failles. Ces travaux sont publiés le 13 mars 2019 dans la revue Sciences Advances.
  • Le centre de créativité et d’innovation en science des odorants s'installe à Grasse
    Les locaux ont été inaugurés le 5 mars dernier en présence de Jeannick Brisswalter, vice-Président Recherche d'Université Côte d'Azur et de Jérome Viaud, Maire de Grasse au sein de l'hôtel à entreprise Grasse Biotech. Le centre de créativité et d'innovation en science des odorants dispose de 50 M2 de locaux permettant de mettre l'expertise des chercheurs d'Université Côte d'Azur au service des entreprises.
  • Melpomeni Dimopoulou et Thibaut Ehlinger remportent la finale azuréenne du concours « Ma thèse en 180 secondes »
    L’édition 2019 « Ma thèse en 180 secondes » s’est déroulée le 5 mars 2019 au Théâtre National de Nice. Ils étaient 18 participants à tenter leur chance et à présenter leur sujet de thèse en 3 minutes devant plus 300 personnes ainsi qu’un jury d’exception. Les deux gagnants de cette sixième édition, Melpomeni Dimopoulou, 1er prix du jury, et Thibaut Ehlinger, prix du public, sont tous deux, doctorants en informatique et s’envoleront le mois prochain pour la demi-finale nationale à Paris.
  • Yukin Therapeutics, start-up biotech issue de la recherche d'Université Côte d'Azur, défie les cancers
    Les équipes de Thierry Passeron et Rachid Benhida ont mis au point une nouvelle stratégie thérapeutique pour booster l'efficacité de l'immunothérapie sur certains cancers. Cette innovation majeure a fat l'objet de deux brevets, copropriété d'Université Côte d'Azur, Inserm, CNRS et CHU de Nice que la SATT Sud-est vient de concéder à la jeune start-up pharmaceutique Yukin Therapeutics.
  • L'institut de Biologie Valrose se dote d'un microscope optique à résolution moléculaire
    Fruit de la collaboration entre physiciens, mathématiciens et biologistes, un prototype de microscope photonique a été développé. Basé sur la technique « Multi-Angle-TIRF », cet instrument en a repoussé les limites techniques. Il permet d’observer et de mesurer des processus avec une résolution axiale d’environ 30nm et est compatible avec des échantillons vivants ouvrant donc de nombreuses perspectives pour l’imagerie en culture cellulaire.
  • Hayabusa2 & OSIRIS REx, à la découverte de nouveaux mondes !
    Les deux missions opérées par l'agence spatiale japonaise et par la NASA ont pour objectif le retour sur terre d'échantillons d'astéroïdes potentiellement carbonés très intéressants pour en savoir plus sur l'origine de la vie. L'équipe de Patrick Michel au laboratoire Lagrange est très impliquée dans la mission Hayabusa2.
  • Les Français, nuls en langues ? Pas s’il y a du bruit !
    Grâce à une étude menée par le laboratoire Bases Corpus Langage d'Université Côte d'Azur, il a été démontré que lorsqu'il s'agit de comprendre l'anglais dans un environnement bruyant, les français sont plutôt performants par rapport à leur voisins finlandais et néerlandais.
  • L'équipe de recherche de Pascal Barbry (IPMC, Université Côte d'Azur), lauréate de l’Initiative Chan Zuckerberg
    Ce financement permettra de soutenir les travaux de recherche de l'équipe pour établir la carte d'identité des cellules des voies respiratoires. Il entre dans le cadre d'un consortium mondial "Human Cell atlas"visant à créer un atlas de référence de toutes les cellules du corps humain.
  • La méthode de l’apprentissage cumulatif mise en évidence par les équipes d’Université Côte d’Azur et de l’Université Laval distinguée dans la prestigieuse revue Nature communications
    Frederic Precioso (Université Côte d’Azur) et Arnaud Droit (Université Laval) ont conçu une méthode innovante d’Intelligence Artificielle : l’apprentissage dit cumulatif, qui permet d'apprendre une représentation convolutionnelle de données lorsque l'ensemble d'apprentissage est faible. Les performances de la méthode, et son applicabilité à tout autre domaine ont donné lieu à publication dans la prestigieuse revue Nature Communications ce 5 novembre 2020.
  • Webinaire - Energie décarbonée, changement climatique, santé environnementale et biodiversité : les impacts de nos choix sur les nouvelles voies de recherche interdisciplinaires ?
    Energie décarbonée, changement climatique, santé environnementale et biodiversité : les impacts de nos choix sur les nouvelles voies de recherche interdisciplinaires ?
  • Inédit, l’épisode méditerranéen du 2 octobre fera cas d’école
    Les pluies qui se sont abattues le 2 octobre sur les Vallées de la Vésubie, de la Roya et de la Tinée ont été d’une intensité encore jamais mesurée de mémoire d’instrument. Or les modèles prédisent une augmentation de la survenue des pluies intenses et des crues sur les côtes méditerranéennes. L’analyse des données enregistrées et recueillies sur le terrain mais aussi celle de la dynamique de la catastrophe sont donc indispensables pour préparer au mieux les territoires aux différents scénarios qui pourraient advenir.
  • Signature de la 1ère convention d’objectifs et de moyens entre Université Côte d’Azur et INRAE
    Jeanick Brisswalter, Président d’Université Côte d’Azur et Philippe Mauguin, PDG d’INRAE - l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement ont signé le 15 octobre 2020, à Paris, une convention d’objectifs et de moyens. Cette convention marque la volonté de mettre en œuvre une politique stratégique de site partagée en termes de recherche et d’innovation, notamment autour d’enjeux scientifiques communs comme la protection des cultures. En renforcant leurs collaborations et partenariats, cette convention a pour objectif de promouvoir les activités de recherche et de formation aux plans national et international et d’accroître la coordination des établissements dans l’exercice de leurs missions sur le site azuréen. C’est la première fois qu’une telle convention avec une université est signée par INRAE.
  • Du parfumeur au médecin en passant par le chercheur : l’interdisciplinarité au service de la prise en charge des troubles olfactifs post-COVID 19.
    Un groupe de recherche pluridisciplinaire composé de chercheurs en neurosciences et en chimie d’Université Côte d’Azur, de médecins ORL et pédopsychiatres du CHU de Nice et d’industriels du secteur de la parfumerie vient de mettre au point une étude visant à vérifier l’efficacité d’une rééducation olfactive sur la récupération de l’odorat des patients post-COVID. Elle permettra ainsi de calibrer un traitement afin que les malades puissent rapidement retrouver leur sens.
  • Lancement de l'Observatoire Pluridisciplinaire des ALpes-maritimes (OPAL)
    Université Côte d'Azur a le plaisir d’annoncer le lancement de l'Observatoire Pluridisciplinaire des ALpes-maritimes (OPAL), une plateforme mutualisée pour le calcul haute performance mise à disposition par Université Côte d'Azur, l'Inria Sophia Antipolis, Mines ParisTech Sophia Antipolis et l'Observatoire de la Côte d'Azur.
  • Des tests conçus dans les laboratoires d’Université Côte d’Azur pourraient accélérer la cartographie de l’épidémie de COVID-19 et améliorer le diagnostic et le pronostic de la maladie
    Alors que ceux qui craignent une seconde vague de COVID-19 et ceux qui assurent que l’épidémie ne circule plus s’opposent dans les médias et sur les réseaux sociaux, la recherche se poursuit. Les scientifiques oeuvrent notamment pour comprendre avec la précision la plus fine possible comment notre organisme réagit à l’intrus. Ils tentent également de concevoir de nouvelles méthodes pour repérer et quantifier les mécanismes immunitaires en action, afin d’améliorer le diagnostic mais aussi le pronostic de la maladie. Enfin, repérer les personnes infectées sous une forme asymptomatique, autrement dit « invisible », étant un des enjeux indispensables pour freiner la circulation du virus, des équipes travaillent aussi à l’élaboration de tests rapides ciblant les personnes les plus contagieuses.
  • Les neutrophiles, des cellules immunitaires au service des carcinomes cutanés !
    Le carcinome épidermoïde cutané (CEC), 2ème cancer de la peau le plus mortel est associé à une immunosuppression et une infiltration de neutrophiles. La comparaison du profil d’expression génique des neutrophiles isolées de la peau ou des CEC montre que l’environnement tumoral a perverti leur fonction afin qu’ils participent à l’inhibition des réponses immunitaires anti-tumorales médiées par les lymphocytes T cytotoxiques. Ces travaux viennent d’être publiés dans la revue Cancers. 
  • Cibler la protéase majeure du SARS-CoV-2 pour fabriquer un médicament efficace contre ce coronavirus
    Mi-juin 2020, on comptait plus de 7,7 millions de cas d’infection confirmée par ce virus, dont plus de 427 000 ayant entraîné le décès, ce qui en fait la pandémie la plus grave de ces dernières décennies. Comme il n’existe à ce jour aucun médicament pour soigner cette infection, des essais cliniques sont en cours pour évaluer l’efficacité de différents médicaments disponibles sur le marché, dont certains sont utilisés pour traiter le Sida (syndrome d’immunodéficience acquise), dû à une infection chronique par le VIH (virus de l’immunodéficience humain). Quels sont ces derniers médicaments et comment agissent-ils pour limiter l’infection ?